Building a world of
resilient communities.

MAIN LIST

 

Dr. Albert Bartlett: arithmetic, population and energy


Albert BartlettAlbert Bartlett: The retired Professor of Physics from the University of Colorado in Boulder examines the arithmetic of steady growth, continued over modest periods of time, in a finite environment. These concepts are applied to populations and to fossil fuels such as petroleum and coal.
 

View video [Works with RealPlayer].

Download the audio

Transcript

Thank you very much, Hugh.
 
It's a great pleasure to be here, and to have a chance just to share with you some very simple ideas about the problems we're facing. Some of these problems are local, some are national, some are global.
 
They're all tied together. They're tied together by arithmetic, and the arithmetic isn't very difficult. What I hope to do is, I hope to be able to convince you that the greatest shortcoming of the human race is our inability to understand the exponential function.
 
Well, you say, what's the exponential function?
 
This is a mathematical function that you'd write down if you're going to describe the size of anything that was growing steadily. If you had something growing 5% per year, you'd write the exponential function to show how large that growing quantity was, year after year. And so we're talking about a situation where the time that's required for the growing quantity to increase by a fixed fraction is a constant: 5% per year, the 5% is a fixed fraction, the “per year” is a fixed length of time. So that's what we want to talk about: its just ordinary steady growth.
 
Well, if it takes a fixed length of time to grow 5%, it follows it takes a longer fixed length of time to grow 100%. That longer time's called the doubling time and we need to know how you calculate the doubling time. It's easy.
 
You just take the number 70, divide it by the percent growth per unit time and that gives you the doubling time. So our example of 5% per year, you divide the 5 into 70, you find that growing quantity will double in size every 14 years.
 
Well, you might ask, where did the 70 come from? The answer is that it's approximately 100 multiplied by the natural logarithm of two. If you wanted the time to triple, you'd use the natural logarithm of three. So it's all very logical. But you don't have to remember where it came from, just remember 70.
 
I wish we could get every person to make this mental calculation every time we see a percent growth rate of anything in a news story. For example, if you saw a story that said things had been growing 7% per year for several recent years, you wouldn't bat an eyelash. But when you see a headline that says crime has doubled in a decade, you say “My heavens, what's happening?”
 
OK, what is happening? 7% growth per year: divide the seven into 70, the doubling time is ten years. But notice, if you want to write a headline to get people's attention, you'd never write “Crime Growing 7% Per Year,” nobody would know what it means. Now, do you know what 7% means?
 
Let's take an example, another example from Colorado. The cost of an all-day lift ticket to ski at Vail has been growing about 7% per year ever since Vail first opened in 1963. At that time you paid $5 for an all-day lift ticket. What's the doubling time for 7% growth? Ten years. So what was the cost ten years later in 1973? (showing slides of rapidly increasing prices) Ten years later in 1983? Ten years later in 1993? What was it last year in 2003, and what do we have to look forward to? (shows "2003: $80; 2013: $160; 2023: $320; audience laughter)
 
This is what 7% means. Most people don't have a clue. And how is Vail doing? They're pretty much on schedule.
 
So let's look at a generic graph of something that’s growing steadily. After one doubling time, the growing quantity is up to twice its initial size. Two doubling times, it's up to four times its initial size. Then it goes to 8, 16, 32, 64, 128, 256, 512, in ten doubling times it's a thousand times larger than when it started. You can see if you try to make a graph of that on ordinary graph paper, the graph’s gonna go right through the ceiling.
 
Now let me give you an example to show the enormous numbers you can get with just a modest number of doublings.
 
Legend has it that the game of chess was invented by a mathematician who worked for a king. The king was very pleased. He said, “I want to reward you.” The mathematician said “My needs are modest. Please take my new chess board and on the first square, place one grain of wheat. On the next square, double the one to make two. On the next square, double the two to make four. Just keep doubling till you've doubled for every square, that will be an adequate payment.” We can guess the king thought, “This foolish man. I was ready to give him a real reward; all he asked for was just a few grains of wheat.”
 
But let's see what is involved in this. We know there are eight grains on the fourth square. I can get this number, eight, by multiplying three twos together. It's 2x2x2, it's one 2 less than the number of the square. Now that continues in each case. So on the last square, I’d find the number of grains by multiplying 63 twos together.
 
Now let’s look at the way the totals build up. When we add one grain on the first square, the total on the board is one. We add two grains, that makes a total of three. We put on four grains, now the total is seven. Seven is a grain less than eight, it's a grain less than three twos multiplied together. Fifteen is a grain less than four twos multiplied together. That continues in each case, so when we’re done, the total number of grains will be one grain less than the number I get multiplying 64 twos together. My question is, how much wheat is that?
 
You know, would that be a nice pile here in the room? Would it fill the building? Would it cover the county to a depth of two meters? How much wheat are we talking about?
 
The answer is, it's roughly 400 times the 1990 worldwide harvest of wheat. That could be more wheat than humans have harvested in the entire history of the earth. You say, “How did you get such a big number?” and the answer is, it was simple. We just started with one grain, but we let the number grow steadily till it had doubled a mere 63 times.
 
Now there's something else that’s very important: the growth in any doubling time is greater than the total of all the preceding growth. For example, when I put eight grains on the 4th square, the eight is larger than the total of seven that were already there. I put 32 grains on the 6th square. The 32 is larger than the total of 31 that were already there. Every time the growing quantity doubles, it takes more than all you’d used in all the proceeding growth.
 
Well, let’s translate that into the energy crisis. Here’s an ad from the year 1975. It asks the question “Could America run out of electricity?” America depends on electricity. Our need for electricity actually doubles every 10 or 12 years. That's an accurate reflection of a very long history of steady growth of the electric industry in this country, growth at a rate of around 7% per year, which gives you doubling every 10 years.
 
Now, with all that history of growth, they just expected the growth would go on, forever. Fortunately it stopped, not because anyone understood arithmetic, it stopped for other reasons. Well, let's ask “What if?” Suppose the growth had continued? Then we would see here the thing we just saw with the chess board. In the ten years following the appearance of this ad, in that decade, the amount of electrical energy we would have consumed in this country would have been greater than the total of all of the electrical energy we had ever consumed in the entire proceeding history of the steady growth of that industry in this country.
 
Now, did you realise that anything as completely acceptable as 7% growth per year could give such an incredible consequence? That in just ten years you'd use more than the total of all that had been used in all the proceeding growth?
 
Well, that's exactly what President Carter was referring to in his speech on energy. One of his statements was this: he said, “In each of those decades (1950s and 1960s) more oil was consumed than in all of mankind's previous history.” By itself that's a stunning statement.
 
Now you can understand it. The president was telling us the simple consequence of the arithmetic of 7% growth each year in world oil consumption, and that was the historic figure up until the 1970s.
 
There's another beautiful consequence of this arithmetic. If you take 70 years as a period of time—and note that that's roughly one human lifetime—then any percent growth continued steadily for 70 years gives you an overall increase by a factor that's very easy to calculate. For example, 4% per year for 70 years, you find the factor by multiplying four twos together, it's a factor of 16.
 
A few years ago, one of the newspapers of my hometown of Boulder, Colorado, quizzed the nine members of the Boulder City Council and asked them, “What rate of growth of Boulder's population do you think it would be good to have in the coming years?” Well, the nine members of the Boulder City council gave answers ranging from a low of 1% per year. Now, that happens to match the present rate of growth of the population of the United States. We are not at zero population growth. Right now, the number of Americans increases every year by over three million people. No member of the council said Boulder should grow less rapidly than the United States is growing.
 
Now, the highest answer any council member gave was 5% per year. You know, I felt compelled, I had to write him a letter and say, “Did you know that 5% per year for just 70 … ” I can remember when 70 years used to seem like an awful long time, it just doesn't seem so long now. (audience laughter). Well, that means Boulder's population would increase by a factor of 32. That is, where today we have one overloaded sewer treatment plant, in 70 years, we'd need 32 overloaded sewer treatment plants.
 
Now did you realise that anything as completely all-American as 5% growth per year could give such an incredible consequence in such a modest period of time? Our city council people have zero understanding of this very simple arithmetic.
 
Well, a few years ago, I had a class of non-science students. We were interested in problems of science and society. We spent a lot of time learning to use semi-logarithmic graph paper. It's printed in such a way that these equal intervals on the vertical scale each represent an increase by a factor of 10. So you go from one thousand to ten thousand to a hundred thousand, and the reason you use this special paper is that on this paper, a straight line represents steady growth.
 
Now, we worked a lot of examples. I said to the students, “Let’s talk about inflation, let’s talk about 7% per year.” It wasn't this high when we did this, it's been higher since then, fortunately it's lower now. And I said to the students, as I can say to you, you have roughly sixty years life expectancy ahead of you. Let’s see what some common things will cost if we have 60 years of 7% annual inflation.
 
The students found that a 55-cent gallon of gasoline will cost $35.20; $2.50 for a movie will be $160; the $15 sack of groceries my mother used to buy for a dollar and a quarter, that will be $960; a $100 suit of clothes, $6,400; a $4000 automobile will cost a quarter of a million dollars; and a $45,000 home will cost nearly 3 million dollars.
 
Well, I gave the students these data (shows overhead). These came from a Blue Cross, Blue Shield ad. The ad appeared in Newsweek magazine and the ad gave these figures to show the cost escalation of gall bladder surgery in the years since 1950, when that surgery cost $361. I said, “Make a semi logarithmic plot, let’s see what's happening.” The students found that the first four points lined up on a straight line whose slope indicated inflation of about 6% per year, but the fourth, fifth, and sixth were on a steeper line, almost 10% inflation per year. Well, then I said to the students, “Run that steeper line on out to the year 2000, let’s get an idea of what gall bladder surgery might cost,” and this was, 2000 was four years ago—the answer is $25,000. The lesson there is awfully clear: if you're thinking about gall bladder surgery, do it now. (audience laughter)
 
In the summer of 1986, the news reports indicated that the world population had reached the number of five billion people growing at the rate of 1.7% per year. Well, your reaction to 1.7% might be to say “Well, that's so small, nothing bad could ever happen at 1.7% per year.” So you calculate the doubling time, you find it’s only 41 years. Now, that was back in 1986; more recently in 1999, we read that the world population had grown from five billion to six billion . The good news is that the growth rate had dropped from 1.7% to 1.3% per year. The bad news is that in spite of the drop in the growth rate, the world population today is increasing by about 75 million additional people every year.
 
Now, if this current modest 1.3% per year could continue, the world population would grow to a density of one person per square meter on the dry land surface of the earth in just 780 years, and the mass of people would equal the mass of the earth in just 2400 years. Well, we can smile at those, we know they couldn't happen. This one make for a cute cartoon; the caption says, “Excuse me sir, but I am prepared to make you a rather attractive offer for your square.”
 
There's a very profound lesson in that cartoon. The lesson is that zero population growth is going to happen. Now, we can debate whether we like zero population growth or don't like it, it’s going to happen. Whether we debate it or not, whether we like it or not, it’s absolutely certain. People could never live at that density on the dry land surface of the earth. Therefore, today’s high birth rates will drop; today’s low death rates will rise till they have exactly the same numerical value. That will certainly be in a time short compared to 780 years. So maybe you're wondering then, what options are available if we wanted to address the problem.
 
In the left hand column, I’ve listed some of those things that we should encourage if we want to raise the rate of growth of population and in so doing, make the problem worse. Just look at the list. Everything in the list is as sacred as motherhood. There's immigration, medicine, public health, sanitation. These are all devoted to the humane goals of lowering the death rate and that’s very important to me, if it’s my death they’re lowering. But then I’ve got to realise that anything that just lowers the death rate makes the population problem worse.
 
There’s peace, law and order; scientific agriculture has lowered the death rate due to famine—that just makes the population problem worse. It’s widely reported that the 55 mph speed limit saved thousands of lives—that just makes the population problem worse. Clean air makes it worse.
Now, in this column are some of the things we should encourage if we want to lower the rate of growth of population and in so doing, help solve the population problem. Well, there’s abstention, contraception, abortion, small families, stop immigration, disease, war, murder, famine, accidents. Now, smoking clearly raises the death rate; well, that helps solve the problem.
 
Remember our conclusion from the cartoon of one person per square meter; we concluded that zero population growth is going to happen. Let’s state that conclusion in other terms and say it’s obvious nature is going to choose from the right hand list and we don't have to do anything—except be prepared to live with whatever nature chooses from that right hand list. Or we can exercise the one option that’s open to us, and that option is to choose first from the right hand list. We gotta find something here we can go out and campaign for. Anyone here for promoting disease? (audience laughter)
 
We now have the capability of incredible war; would you like more murder, more famine, more accidents? Well, here we can see the human dilemma—everything we regard as good makes the population problem worse, everything we regard as bad helps solve the problem. There is a dilemma if ever there was one.
 
The one remaining question is education: does it go in the left hand column or the right hand column? I’d have to say thus far in this country it’s been in the left hand column—it's done very little to reduce ignorance of the problem.
 
So where do we start? Well, let’s start in Boulder, Colorado. Here’s my home town. There’s the 1950 census figure, 1960, 1970—in that period of twenty years, the average growth rate of Boulder’s population was 6% per year. With big efforts, we’ve been able to slow the growth somewhat. There’s the 2000 census figure. I’d like to ask people: let’s start with that 2000 figure, go another 70 years—one human life time—and ask: what rate of growth would we need in Boulder’s population in the next 70 years so that at the end of 70 years, the population of Boulder would equal today’s population of your choice of major American cities?
 
Boulder in 70 years could be as big as Boston is today if we just grew 2.58% per year. Now, if we thought Detroit was a better model, we’ll have to shoot for 31?4% per year. Remember the historic figure on the preceding slide, 6% per year? If that could continue for one lifetime, the population of Boulder would be larger than the population of Los Angeles. Well, I’ll just tell you, you couldn’t put the population of Los Angles in the Boulder valley. Therefore it’s obvious, Boulder’s population growth is going to stop and the only question is, will we be able to stop it while there is still some open space, or will we wait until it’s wall-to-wall people and we’re all choking to death?
 
Now, every once in a while somebody says to me, “But you know, a bigger city might be a better city,” and I have to say, “Wait a minute, we’ve done that experiment!” We don’t need to wonder what will be the effect of growth on Boulder because Boulder tomorrow can be seen in Los Angeles today. And for the price of an airplane ticket, we can step 70 years into the future and see exactly what it’s like. What is it like? There’s an interesting headline from Los Angeles. (“…carcinogens in air…”) Maybe that has something to do with this headline from Los Angeles. (“Smog kills 1,600 annually…”)
 
So how are we doing in Colorado? Well, we’re the growth capital of the USA and proud of it. The Rocky Mountain News tells us to expect another million people in the Front Range in the next 20 years, and what are the consequences of all this? (“Denver's traffic…3rd worst in US…”) These are totally predictable, there are no surprises here, we know exactly what happens when you crowd more people into an area.
 
Well, as you can imagine, growth control is very controversial, and I treasure the letter from which these quotations are taken. Now, this letter was written to me by a leading citizen of our community. He’s a leading proponent of “controlled growth.” “Controlled growth” just means “growth.” This man writes, “I take no exception to your arguments regarding exponential growth.” “I don't believe the exponential argument is valid at the local level.”
 
So you see, arithmetic doesn't hold in Boulder. (audience laughs) I have to admit, that man has a degree from the University of Colorado. It’s not a degree in mathematics, in science, or in engineering. All right, let’s look now at what happens when we have this kind of steady growth in a finite environment.
 
Bacteria grow by doubling. One bacterium divides to become two, the two divide to become 4, the 4 become 8, 16 and so on. Suppose we had bacteria that doubled in number this way every minute. Suppose we put one of these bacteria into an empty bottle at 11:00 in the morning, and then observe that the bottle is full at 12:00 noon. There's our case of just ordinary steady growth: it has a doubling time of one minute, it’s in the finite environment of one bottle.
 
I want to ask you three questions. Number one: at what time was the bottle half full? Well, would you believe 11:59, one minute before 12:00? Because they double in number every minute.
 
And the second question: if you were an average bacterium in that bottle, at what time would you first realise you were running of space? Well, let’s just look at the last minutes in the bottle. At 12:00 noon, it’s full; one minute before, it’s half full; 2 minutes before, it’s a quarter full; then an 1?8th; then a 1?16th. Let me ask you, at 5 minutes before 12:00, when the bottle is only 3% full and is 97% open space just yearning for development, how many of you would realise there’s a problem?
 
Now, in the ongoing controversy over growth in Boulder, someone wrote to the newspaper some years ago and said “Look, there’s no problem with population growth in Boulder, because,” the writer said, “we have fifteen times as much open space as we've already used.” So let me ask you, what time was it in Boulder when the open space was fifteen times the amount of space we’d already used? The answer is, it was four minutes before 12:00 in Boulder Valley. Well, suppose that at 2 minutes before 12:00, some of the bacteria realise they’re running out of space, so they launch a great search for new bottles. They search offshore on the outer continental shelf and in the overthrust belt and in the Arctic, and they find three new bottles. Now that’s an incredible discovery, that’s three times the total amount of resource they ever knew about before. They now have four bottles, before their discovery, there was only one. Now surely this will give them a sustainable society, won’t it?
 
You know what the third question is: how long can the growth continue as a result of this magnificent discovery? Well, look at the score: at 12:00 noon, one bottle is filled, there are three to go; 12:01, two bottles are filled, there are two to go; and at 12:02, all four are filled and that’s the end of the line.
 
Now, you don't need any more arithmetic than this to evaluate the absolutely contradictory statements that we’ve all heard and read from experts who tell us in one breath we can go on increasing our rates of consumption of fossil fuels, in the next breath they say “Don't worry, we will always be able to make the discoveries of new resources that we need to meet the requirements of that growth.”
 
Well, a few years ago in Washington, our energy secretary observed that in the energy crisis, “we have a classic case of exponential growth against a finite source.” So let's look now at some of these finite sources. We turn to the work of the late Dr. M. King Hubbert. He’s plotted here a semi-logarithmic graph of world oil production. You can see the lines have been approximately straight for about 100 years, clear up here to 1970, average growth rate very close to 7% per year. So it’s logical to ask, well, how much longer could that 7% growth continue? That’s answered by the numbers in this table (shows slide). The numbers in the top line tell us that in the year 1973, world oil production was 20 billion barrels; the total production in all of history, 300 billion; the remaining reserves, 1700 billion.
 
Now, those are data. The rest of this table is just calculated out assuming the historic 7% growth continued in the years following 1973 exactly as it had been for the proceeding 100 years.
 
Now, in fact the growth stopped; it stopped because OPEC raised their oil prices. So we’re asking here, what if? Suppose we just decided to stay on that 7% growth curve? Let’s go back to 1981. By 1981 on the 7% curve, the total usage in all of history would add up to 500 billion barrels; the remaining reserves, 1500 billion. At that point, the remaining reserves are three times the total of everything we’d used in all of history. That’s an enormous reserve, but what time is it when the remaining reserve is three times the total of all you’ve used in all of history? The answer is, it’s two minutes before 12:00.
 
We know for 7% growth, the doubling time is 10 years. We go from 1981 to 1991. By 1991 on the 7% curve, the total usage in all of history would add up to 1000 billion barrels; there would be 1000 billion left. At that point, the remaining oil would be equal in quantity to the total of everything we’d used in the entire history of the oil industry on this earth, 130 years of oil consumption. You'd say, “That’s an enormous reserve.” But what time is it when the remaining reserve is equal to all you’ve used in all of history? And the answer is, it’s one minute before 12:00. So we go one more decade to the turn of the century—that’s like right now—that’s when 7% would finish using up the oil reserves of the earth.
 
So let's look at this in a very nice graphical way. Suppose the area of this tiny rectangle represents all the oil we used on this earth before 1940; then in the decade of the 40s, we used this much (uncovering part of chart): that's equal to all that had been used in all of history. In the decade of the 50s, we used this much (uncovering more of chart) : that's equal to all that had been used in all of history. In the decade of the 60s, we used this much (uncovering more of chart): again that's equal to the total of all the proceeding usage. Here we see graphically what President Carter told us. Now, if that 7% growth had continued through the 70s. 80s, and 90s, there's what we’d need (uncovering rest of chart). But that's all the oil there is.
 
Now, there’s a widely held belief that if you throw enough money at holes in the ground, oil is sure to come up. Well, there will be discoveries in new oil; there may be major discoveries. But look: we would have to discover this much new oil if we would have that 7% growth continue ten more years. Ask yourself: what do you think is the chance that oil discovered after the close of our meeting today will be in an amount equal to the total of all we’ve known about in all of history? And then realise if all that new oil could be found, that would be sufficient to let the historic 7% growth continue ten more years.
 
Well, it’s interesting to see what the experts say. Here’s from an interview in Time magazine, an interview with one of the most widely quoted oil experts in all of Texas. They asked him, “But haven’t many of our bigger fields been drilled nearly dry?” And he responds, saying “There’s still as much oil to be found in the US as has ever been produced.” Now, lets assume he’s right. What time is it? And the answer: one minute before 12:00. I’ve read several things this guy’s written; I don't think he has any understanding of this very simple arithmetic.
 
Well, in the energy crisis about thirty years ago, we saw ads such as this (shows slide). This is from the American Electric Power Company. It’s a bit reassuring, sort of saying, now, don’t worry too much, because “we’re sitting on half of the world’s known supply of coal, enough for over 500 years.” Well, where did that “500 year” figure come from? It may have had its origin in this report to the committee on Interior and Insular Affairs of the United States Senate, because in that report we find this sentence: “At current levels of output and recovery, these American coal reserves can be expected to last more than 500 years.”
 
There is one of the most dangerous statements in the literature. It’s dangerous because it’s true. It isn’t the truth that makes it dangerous, the danger lies in the fact that people take the sentence apart: they just say coal will last 500 years. They forget the caveat with which the sentence started. Now, what were those opening words? “At current levels.” What does that mean? That means if—and only if—we maintain zero growth of coal production.
 
So let’s look at a few numbers. We go to the Annual Energy Review, published by the Department of Energy. They give this (pointing) as the coal demonstrated reserve base in the United States. It has a footnote that says “about half the demonstrated reserve base… is estimated to be recoverable.” You cannot recover —get out of the ground and use—100% of the coal that’s there. So this number then, is ½of this number (pointing). We’ll come back to those in just a moment. The report also tells us that in 1971, we were mining coal at this rate, twenty years later at this rate (pointing). Put those numbers together, the average growth rate of coal production in that twenty years: 2.86% per year. And so we have to ask, well, how long would a resource last if you have steady growth in the rate of consumption until the last bit of it is used?
 
I’ll show you the equation here for the expiration time. I’ll tell you it takes first year college calculus to derive that equation, so it can’t be very difficult. You know, I have a feeling there must be dozens of people in this country who’ve had first year college calculus, but let me suggest, I think that equation is probably the best-kept scientific secret of the century!
 
Now, let me show you why. If you use that equation to calculate the life expectancy of the reserve base, or of the 1?2 they think is recoverable, for different steady rates of growth, you find if the growth rate is zero, the small estimate would go about 240 years and the large one would go close to 500 years. So that report to the Congress was correct. But look what we get if we plug in steady growth. Back in the 1960s, it was our national goal to achieve growth of coal production up around 8% per year. If you could achieve that and continue it, coal would last between 37 and 46 years. President Carter cut that goal roughly in half, hoping to reach 4% per year. If that could continue, coal would last between 59 and 75 years. Here’s that 2.86%, the average for the recent period of twenty years. If that could continue, coal would last between 72 and 94 years. That’s within the life expectancy of children born today.
 
The only way you are going to get anywhere near this widely quoted 500 year figure, is to be able to do simultaneously two highly improbable things: number one, you’ve got to figure out how to use 100% of the coal that is in the ground; number two, you’ve got to figure out how to have 500 years of zero growth of coal production. Look at those figures: those are facts.
 
Back in the 1970s, there was great national concern about energy. But these concerns disappeared in the 80s. Now, the concerns about energy in the 70s prompted experts, journalists, and scientists to assure the American people that there was no reason to be concerned. So let’s go back now and look at some of those assurances from the 70s so we can see what to expect now that the energy crisis is returning.
 
Here is the director of the energy division of the Oakridge National Laboratories telling us how expensive it is to import oil, telling us we must have big increases (and) rapid growth in our use of coal. Under these conditions, he estimates, America’s coal reserves are so huge they can last “a minimum of 300 years, probably a maximum of 1000 years.” You’ve just seen the facts, now you see what an expert tells us, and what can you conclude?
 
There was a three-hour television special on CBS on energy. The reporter said, “By the lowest estimate, we have enough (coal) for 200 years, by the highest, enough for more than 1000 years.” You’ve just seen the facts, now you can see what a journalist tells us after careful study, and what can you conclude?
 
In the Journal of Chemical Education, on the page for high school chemistry teachers in an article by the scientific staff of the journal, they tell us our proven coal reserves are “enormous” and they give a figure: “these could satisfy present US energy needs for nearly 1000 years.” Well, let's do long division. You take the coal they say is there, divide by what was then the current rate of consumption, you get 180 years. Now they didn’t say “current rate of consumption,” they said “present US energy needs.” Coal today supplies about 1?5, about 20% of the energy we use in this country, so if you’d like to calculate how long this quantity of coal could satisfy present US energy needs, you have to multiply this denominator by five. When you do that you get 36 years. They said nearly 1000 years.
 
Newsweek magazine, in a cover story on energy, said that at present rates of consumption, we have enough coal for 666.5 years—the point 5 means they think it’ll run out in July instead of January. (audience laughter) If you round that off, and say roughly 600 years, that’s close enough to 500 to lie within the uncertainty of our knowledge of the size of the resource. So with that observation, that's a reasonable statement; but what this lead into was a story about how we have to have major rapid growth in coal consumption. Well, it’s obvious isn’t it? If you have the growth that they’re writing about, it won’t last as long as they said it would last with zero growth. They never mentioned this. I wrote them a long letter, told them I thought it was a serious misrepresentation to give the readers the feeling we can have all this growth that they were writing about and still have coal around for 600 years. I got back a nice form letter; it had nothing to do with what I’d tried to explain to them.
 
I gave this talk at a high school in Omaha, and after the talk, the high school physics teacher came to me, and he had a booklet. He said, “Have you seen this?” and I hadn't seen it; he said, “Look at this: ‘We've got coal coming out of our ears.’” As reported by Forbes magazine (that's a prominent business magazine), the United States has 437 billion tons of coal reserves. That’s a good number; this is equivalent to a lot of BTUs or it’s “enough energy to keep 100 million large generating plants going for the next 800 years or so…” And the teacher said to me, “How can that be true? That’s one large electric generating plant for every two people in the United States!” I said, “Of course it can’t be true, it’s absolute nonsense. Let’s do long division to see how crazy it is.” So you take the coal they say is there, divide by what was then the current rate of consumption, you find you couldn’t keep that up for 800 years and we hardly at that time had 500 large electric plants—they said it would be good for a 100 million such plants.
 
Time magazine tells us that “beneath the pit heads of Appalachia and the Ohio Valley, and under the sprawling strip mines of the west, lie coal seams rich enough to meet the country’s power needs for centuries, no matter how much energy consumption may grow.” So I give you a very fundamental observation: don't believe any prediction of the life expectancy of a non-renewable resource until you have confirmed the prediction by repeating the calculation. As a corollary, we have to note that the more optimistic the prediction, the greater is the probability that it’s based on faulty arithmetic or on no arithmetic at all.
 
Again from Time magazine: “Energy industries agree that to achieve some form of energy self- sufficiency, the US must mine all the coal that it can.” Now think about that for just a moment. Let me paraphrase it: the more rapidly we consume our resources, the more self-sufficient we’ll be. Isn’t that what it says?
 
David Brower called this the policy of “strength through exhaustion.” Here’s an example of strength through exhaustion: here is William Simon, energy advisor to the president of the United States. Simon says, “We should be trying to get as many holes drilled as possible to get the proven oil reserves.” The more rapidly we can get the last of that oil up out of the ground and finish using it, the better off we’ll be.
 
So let’s look at Dr Hubbert’s graph for the lower 48 states in oil production, again it’s semi-logarithmic. Here we have a straight line section of steady growth, but for quite a while now, production has fallen below the growth curve, while our demand continued on up this growth curve until the 1970s. It’s obvious the difference between the two curves has to be made up with imports. And it was in early 1995 that we read that the year 1994 was the first year in our nation’s history in which we had to import more oil than we were able to get out of our own ground.
 
Well, maybe you’re wondering, does it make any sense to imagine that we can have steady growth in the rate of consumption of a resource till the last bit of it was used, then the rate of consumption would plunge abruptly to zero? I say no, that doesn't make sense. Okay, you say, why bother us with the calculation of this expiration time? My answer is this: every segment of our society, our business leaders, government leaders, political leaders, at the local level, state level, national level—every one aspires to maintain a society in which all measures of material consumption continue to grow steadily, year after year after year, world without end.
 
Since that’s so central to every thing we do, we ought to know where it would lead. On the other hand, we should recognise there’s a better model and again we turn to the work of the late Dr Hubbert. He’s plotted the rate of consumption of resources that have already expired; he finds yes, there is an early period of steady growth in the rate of consumption. But then the rate goes through a maximum and comes back down in a nice symmetric bell-shaped curve. Now, when he did this, some years ago, and fitted it to the oil production in the US, he found at that time we were right there (pointing). We were at the peak; we were halfway through the resource. That’s exactly what that Texas expert said that I quoted a minute ago.
 
Now, let’s see what it means. It means that from now on, domestic oil production can only go downhill, and it’s downhill all the rest of the way, and it doesn’t matter what they say inside the beltway in Washington DC.
 
Now, it means we can work hard and put some bumps on the downhill side of the curve; you’ll see there are bumps on the uphill side. The debate is heating up over drilling in the Arctic Wildlife Refuge. I’ve seen the estimate that they might find 3.2 billion barrels of oil up there. 3.2 billion is the area of that little tiny square (pointing); that’s less than one year’s consumption in the United States. So let’s look at the curve in this way: the area under the total curve, that represents the total resource in the United States. It’s been divided into three parts: here is the oil we’ve taken from the ground (pointing): we’ve used it, it’s gone. This vertical shaded band, that’s the oil we’ve drilled into: we’ve found it, we’re pumping it today. Shaded in green on the right is the undiscovered oil. We have very good ways now of estimating how much oil remains undiscovered. This is the oil we’ve got to find if we’re going to make it down the curve on schedule.
 
Now every once in a while somebody says to me, “But you know, a hundred years ago, somebody did a calculation and predicted the US would be out of oil in 25 years.” The calculation must’ve been wrong; therefore, of course, all calculations are wrong. Let’s understand what they did. One hundred years ago, this band of discovered oil was over in here somewhere (points to beginning of curve). All they did was to take the discovered oil, divide it by how rapidly it was being used, and came up with 25 years. They had no idea then how much oil was undiscovered. Well, it’s obvious; you’ve got to make a new calculation every time you make a new discovery. We’re not asking today how long will the discovered oil last, we’re asking about the discovered and the undiscovered—we're now talking about the rest of the oil. And what does the US Geological Survey tell us?
 
Back in 1984, they said the estimated US supply from undiscovered resources and demonstrated reserves was 36 years at present rates of production, or 19 years in the absence of imports. Five years later in 1989, that 36 years is down to 32 years, the 19 years is down to 16 years. So the numbers are holding together as we march down the right-hand side of the Hubbert curve.
 
Well, every once in awhile we run into somebody who says we shouldn’t worry about the problem, we can solve it. In this case, we can solve it by growing corn, distilling it into ethanol, and run all the vehicles in the US on ethanol. Lets just look what he says, he says today ethanol production displaces over 43 ½million barrels of imported oil annually. That sounds pretty good doesn't it, until you think. First question you’ve got to ask: 43 ½million barrels, what fraction is that of US vehicle consumption in a year? The answer is, it’s 1%.
 
You would have to multiply corn production devoted to ethanol by a factor of 100 just to make the numbers look right. There isn't that much total agricultural land in the United States. There’s a bigger problem. It takes diesel fuel to plough the ground to plant the corn, to make the fertiliser to make the corn grow, to tend the corn, to harvest the corn. It takes more energy to distill it. You finally get a gallon of ethanol, you will be lucky if there’s as much energy in the gallon as it took to produce it. In general, it's a loser. But this guy (Paul Harvey) says not to worry, we can solve it that way.
 
Well, back in 1956, Dr Hubbert addressed a convention of petroleum geologists and engineers. He told them that his calculations led him to believe that “the peak of US oil and gas production could be expected to occur between 1966 and 1971.” No one took him seriously. So let’s see what’s happened. The data here is from the Department of Energy. Here is steady growth (pointing). Here is 1956, when Dr Hubbert did his analysis. He said at that time that peak would occur between 1966-1971. There’s the peak, 1970. It was followed by a very rapid decline. Then the Alaskan pipeline started delivering oil, and it was a partial recovery. That production has now peaked and everything’s going downhill in unison in the right hand side of the curve. And when I go to my home computer to figure out the parameters of the curve that’s the best fit to the data, from that fit it looks to me as though we have consumed ¾of the recoverable oil that was ever in our ground in the United States and we are now coasting downhill on the last 25% of that once enormous resource. So we have to ask about world oil.
 
Dr Hubbert in 1974 predicted that the peak of world oil would occur around 1995, so lets see what's happened. Here we have the data from the Department of Energy. A long period of steady growth, there’s quite a big drop there (pointing), and then there was a speedy recovery; then an enormous drop and a very slow recovery. Those drops are each due to a price hike from OPEC. Well, it’s clear we’re not yet over the peak, so when I now go to fit the curve, I need one more bit of information before I can do the fit. I have to go to the geology literature and ask the literature, “What do you think is the total amount of oil we will ever find on this earth?” The consensus figure in the literature is 2000 billion barrels. Now, that’s quite uncertain, plus or minus maybe 40 or 50%. If I plug that in and do the fit, the peak is this year (2004). If I assume there is 50% more than the consensus figure, the peak moves back to 2019. If I assume there’s twice as much as the consensus figure, the peak moves back to 2030.
 
So no matter how you cut it, in your life expectancy, you are going to see the peak of world oil production. And you’ve got to ask yourself, what is life going to be like when we have a declining world production of petroleum, and we have a growing world population, and we have a growing world per capita demand for oil. Think about it.
 
In the March 1998 issue of Scientific American, there was a major article by two real petroleum geologists. They said this peak would occur before 2010, so we’re all in the same ball park. Now, that article in Scientific American triggered a lot of discussion. Here is an article in Fortune magazine, November 1999, talking about “Oil Forever,” and in that article, we see a criticism of the geologists’ analysis, and this is from an emeritus professor of economics at MIT. And he said, “This analysis (by the geologists) is a piece of foolishness, the world will never run out of oil, not in 10,000 years.” So let's look at what’s been happening.
 
Here we have two graphs, on one scale, we have here in the graphs, that’s the annual discoveries of oil each year (pointing); here is the annual production of oil each year. Notice since the 1980s, we’ve been producing about twice as much as we’ve been finding. Yet you’ve seen and read and heard statements from PhD non-scientists saying that we have greater resources of petroleum now than ever before in history. What in the world are they smoking? (audience laughter)
 
Now, here is another look at world oil production, but this is per capita. This is litres per person each day. There is two litres (pointing). A litre is about a quart, and so two litres is about ½gallon. The upper curve assumes there was no growth in the world population since 1920, that it stayed fixed at 1.8 billion. This then is just a copy of that earlier curve. The lower curve uses the actual population of the world, and what you find is that with a growing world population, this curve is pulled down more and more as you go farther to the right. And notice it peaked at about 2.2 litres per person a day in the 1970s. It is now down to about 1.7 litres a person a day, so we can say that on any day any one of us uses more than 1.7 litres of petroleum directly or indirectly, we’re using more than our share. Now, just think about what that means.
 
Well, we do have to ask about new discoveries. Here is a discussion from about eleven years ago about the largest discovery of oil in the Gulf of Mexico in the past twenty years, an estimated 700 million barrels of oil. That’s a lot of oil, but a lot compared to what? At that time, we were consuming 16.6 million barrels every day in the United States. Divide the 16.6 into 700 and you find that discovery would meet US needs for 42 days.
 
On the front page of the Wall Street Journal, we read about the new Hibernia oil field off the south coast of Newfoundland. Please read this one line in the headline: “Now it will last fifty years.” That gives you some kind of a feeling for what amount of oil may be up there. So let’s follow up and read from that story in the Wall Street Journal: “The Hibernia field, one of the largest oil discoveries in North America in decades, should deliver its first oil by the end of the year. At least 20 more fields may follow, offering well over one billion barrels of high-quality crude, promising a steady flow of oil just a quick tanker-run away from the energy-thirsty East Coast”.
 
So let’s do some arithmetic. We take the amount of oil that we think is up there, a billion barrels. Now the US consumption has grown to about 18 million barrels a day; divide the 18 million into the billion and you find that would meet US needs for 56 days.
 
Now, what was the impression you had from that line in the headline in the Wall Street Journal? And as you think about this, think about the definition of modern agriculture: it's “the use of land to convert petroleum into food.” And we can see the end of the petroleum.
 
Dr Hubbert testified before a committee of the Congress. He told them that “the exponential phase of the industrial growth which has dominated human activities during the last couple of centuries is now drawing to a close. Yet during the last two centuries of unbroken industrial growth, we have evolved what amounts to an exponential-growth culture.” I would say, it’s more than a culture: it’s our national religion, because we worship growth. Pick up any newspaper; you’ll see headlines such as this: "State forecasts ‘robust’ growth."
 
Have you ever heard of a physician diagnosing a cancer in a patient and telling the patient, “You have a robust cancer?” And it isn’t just in the United States that we have this terrible addiction (quoting Wall Street Journal): “The Japanese are so accustomed to growth that economists in Tokyo usually speak of a recession as any time the growth rate dips below 3% per year.”
 
So, what do we do?
 
In the words of Winston Churchill, “Sometimes we have to do what is required.” First of all, as a nation we’ve got to get serious about renewable energy. As a a start, we ought to have a big increase in the funding for research in the development and dispersion of renewable energy. We have to educate all of our people to an understanding of the arithmetic and the consequences of growth, especially in terms of populations and in terms of the earth’s finite resources. We must educate people to recognise the fact that growth of populations and growth of rates of consumption of resources cannot be sustained. What’s the first law of sustainability? You’ve heard thousands of people talking endlessly about sustainability; did they ever tell you the first law? Here it is: population growth and/or growth in the rates of consumption of resources cannot be sustained. That’s simple arithmetic. Yet nobody that I'm encountering will tell you about that when they're talking about sustainability. So I think it’s intellectually dishonest to talk about saving the environment, which is sustainability, without stressing the obvious fact that stopping population growth is a necessary condition for saving the environment and for sustainability.
 
We must educate people to see the need to examine carefully the allegations of the technological optimists who assure us that science and technology will always be able to solve all of our problems of population growth, food, energy, and resources.
 
Chief amongst these optimists was the late Dr Julian Simon, formerly professor of economics and business administration at the University of Illinois, and later at the University of Maryland. With regard to copper, Simon has written that we will never run out of copper because “copper can be made from other metals.” The letters to the editor jumped all over him, told him about chemistry. He just brushed it off: “Don’t worry,” he said, “if it’s ever important, we can make copper out of other metals.”
 
Now, Simon had a book that was published by the Princeton University Press. In that book, he’s writing about oil from many sources, including biomass, and he says, “Clearly there is no meaningful limit to this source except for the sun’s energy.” He goes on to note, “But even if our sun was not so vast as it is, there may well be other suns elsewhere.” Well, Simon’s right; there are other suns elsewhere, but the question is, would you base public policy on the belief that if we need another sun, we will figure out how to go get it and haul it back into our solar system? (audience laughter)
 
Now, you cannot laugh: for decades before his death, this man was a trusted policy advisor at the very highest levels in Washington DC.
 
Bill Moyers interviewed Isaac Asimov. He asked Asimov, “What happens to the idea of the dignity of the human species if this population growth continues?” and Asimov says, “It’ll be completely destroyed. I like to use what I call my bathroom metaphor. If two people live in an apartment, and there are two bathrooms, then they both have freedom of the bathroom. You can go to the bathroom anytime you want, stay as long as you want, for whatever you need. And everyone believes in freedom of the bathroom. It should be right there in the constitution. But if you have twenty people in the apartment and two bathrooms, then no matter how much every person believes in freedom of the bathroom, there’s no such thing. You have to set up times for each person, you have to bang on the door, ‘Aren't you through yet?’ and so on.” And Asimov concluded with one of the most profound observations I've seen in years. He said, “In the same way, democracy cannot survive overpopulation. Human dignity cannot survive overpopulation. Convenience and decency cannot survive overpopulation. As you put more and more people into the world, the value of life not only declines, it disappears. It doesn’t matter if someone dies, the more people there are, the less one individual matters.”
 
And so, central to the things that we must do, is to recognise that population growth is the immediate cause of all our resource and environmental crises.
 
And in the last one hour, the world population has increased by about 10,000 people and the population of the United States has increased by about 280 people. So to be successful with this experiment of human life on earth, we have to understand the laws of nature as we encounter them in the study of science and mathematics. We should remember the words of Aldous Huxley, that “facts do not cease to exist because they're ignored”. We should remember the words of Eric Sevareid; he observed that “the chief source of problems is solutions.” This is what we encounter every day: solutions to problems just make the problems worse. We should remember the message of this cartoon: “Thinking is very upsetting, it tells us things we’d rather not know." We should remember the words of Galileo; he said, “I do not feel obliged to believe that the same god who has endowed us with sense, reason, and intellect has intended us to forgo their use.” If there is one message, it is this: we cannot let other people do our thinking for us.
 
Now, except for those petroleum graphs, the things I’ve told you are not predictions of the future, I’m only reporting facts, and the results of some very simple arithmetic. But I do so with confidence that these facts, this arithmetic and more importantly, our level of understanding of them, will play a major role in shaping our future. Now, don’t take what I’ve said blindly or uncritically, because of the rhetoric, or for any other reason. Please, you check the facts. Please check my arithmetic. If you find errors, please let me know. If you don't find errors, then I hope you’ll take this very, very seriously.
 
Now, you are important people because you can think. If there’s anything that is in short supply in the world today, it’s people who are willing to think. So here’s a challenge. Can you think of any problem, on any scale, from microscopic to global, whose long term solution is in any demonstratable way, aided, assisted, or advanced by having larger populations in our local levels, state levels, national level, or global level? Can you think of anything that can get better if we crowd more people into our cities, our towns, into our state, our nation, or on this earth?
 
And I'll close with these words from the late Reverend Martin Luther King Jr. He said, “Unlike the plagues of the dark ages, or contemporary diseases which we do not yet understand, the modern plague of overpopulation is solvable with means we have discovered and with resources we possess. What is lacking is not sufficient knowledge of the solution, but universal consciousness of the gravity of the problem and the education of the billions who are its victims.”
 
So I hope I’ve made a reasonable case for my opening statement, that I think the greatest shortcoming of the human race is our inability to understand this very simple arithmetic.
 
Thank you very, very much.
 
 

A French translation of the transcript

Merci beaucoup à vous Hugh.

C’est un grand plaisir d’être ici, et d’avoir la chance de simplement partager avec vous quelques idées très simples à propos des problèmes auxquels nous devons actuellement faire face. Certains de ces problèmes sont locaux, d’autres nationaux et d’autres sont globaux.

Ils sont tous liés entre eux, ils sont liés entre eux par l’arithmétique, et l’arithmétique n’est pas très difficile. Ce que j’espère faire ici est d’être capable vous convaincre que le plus grand défaut de la race humaine est notre incapacité à comprendre la fonction exponentielle.

Bien, vous dites, qu’est ce que la fonction exponentielle ?

C’est une fonction mathématique que vous dessineriez si vous étiez sur le point de décrire l’évolution de n’importe quoi qui grandirait régulièrement. Si vous aviez quelque chose qui grandissait de 5% par an, vous dessineriez la fonction exponentielle pour montrer comment grandirait cette quantité année après année. Ainsi nous parlons d’une situation où l’hypothèse requise est que la quantité qui s’accroît le fait à un rythme constant de 5% par an. Le 5% est une fraction fixée, les trois ans une durée fixée. Ainsi ce dont nous voulons discuter, c’est juste d’une croissance régulière ordinaire.

Bien, si il faut une durée fixe pour grandir de 5%, il s’ensuit qu’il faut une durée fixe plus longue pour grandir de 100%. Ce temps plus long est appelé le temps de doublement et nous avons besoin de savoir calculer ce temps de doublement. C’est facile.

Prenez juste le nombre 70, divisez le par l’accroissement en pourcents par unité de temps et cela vous donne le temps de doublement. Ainsi dans notre exemple de 5% par an, vous divisez 70 par 5 et vous trouvez que la quantité qui s’accroît double en taille tous les 14 ans.

Bien, vous pous pouvez demander, d’où vient ce 70 ? Et bien la réponse est que 70 c’est approximativement cent multiplié par le logarithme naturel de 2. Si vous voulez le temps de triplement vous utiliseriez le logarithme naturel de 3. Ainsi tout cela est très logique. Mais vous n’avez pas besoin de vous souvenir d’où cela vient, souvenez vous juste de 70.

J’aimerais que chaque personne fasse ce calcul mental à chaque fois que nous voyons un taux de croissance de n’importe quoi dans les media. Par exemple si vous voyez une histoire qui explique que des trucs ont augmenté de 7% par an depuis quelques unes de ces dernières années, vous ne bronchez pas d’un cil. Mais quand vous voyez un gros titre qui dit que le crime a doublé en 10 ans vous dites « Mon Dieu que se passe-t-il ? ».

OK, que se passe-t-il ? Sept pourcents de croissance par an, divisez 70 par 7, le temps de doublement est 10 ans. Mais notez que si vous voulez écrire un gros titre pour attirer l’attention des gens, vous n’écririez jamais que le crime augmente de 7% par an, personne ne saurait ce que cela signifie. Maintenant, savez vous ce que sept pourcents signifient ?

Prenons un exemple, un autre exemple du Colorado, le coût d’une journée de remontées mécaniques à Vale. Il a augmenté de environ 7% par ans depuis que Vale a ouvert en 1963. A ce moment vous payiez 5$ pour la journée. Quel est le temps de doublement pour une croissance de 7% ? Dix ans. Alors quel était le coût dix ans plus tard en 1973, dix ans plus tard en 1983 et dix ans plus tard en 1993, qu’était-il en 2003 et à quoi devez-vous vous attendre ? (Rires dans l’audience).

Voilà ce que signifie une croissance de 7%. La plupart des gens n’en ont aucune idée.

Regardons un graphe générique de quelque chose qui s’accroît régulièrement. Après un temps de doublement la quantité qui s’accroît a le double de sa taille initiale, deux temps de doublement et c’est quatre fois la taille initiale, et ça continue jusque 8-16-32-64-128-256-512, et en dix temps de doublement c’est mille fois plus grand qu’au début. Vous pouvez voir que si vous essayez de dessiner un graphe de ceci sur une page de papier normale, le graphe va tout droit en dehors de la feuille.

Maintenant laissez moi vous donner un example pour vous montrer les nombres énormes auxquels vous arrivez avec juste un nombre modeste de doublements. La légende dit que le jeu d’échecs fut inventé par un mathématicien qui travaillait pour un roi. Le roi fut très satisfait et dit « Je veux te récompenser ». Le mathématicien dit « Mes besoins sont modestes, s’il vous plaît prenez mon nouveau plateau d’échecs et sur la première case placez un grain de blé, sur la deuxième doublez le un et placez en deux, sur la suivante doublez le deux et mettez en quatre, continuez juste de doubler jusqu’à ce que vous ayiez doublé pour chaque case, cela serait un paiement adéquat ». Nous pouvons deviner que le roi pensa que la mathématicien était bien fol « J’étais prêt à lui donner une vrai récompense ; tout ce qu’il a demandé sont juste quelques grains de blé ».

Mais regardons ce qu’il y a derrière tout ça. Nous savons qu’il y a 8 grains sur la quatrième case. J’obtiens ce nombre ’huit’ par multipliant 3 deux ensembles. C’est 2*2*2, c’est un de moins que le numéro de la case. Maintenant cela continue à chaque case. Ainsi sur la dernière case, je trouve le nombre de grain en multipliant 63 deux ensembles.

Maintenant regardons comment le total se construit. Quand nous ajoutons un grain sur la première case, le total sur le plateau est un. Nous ajoutons deux grains ce qui fait un total de trois. Nous mettons quatre grains, maintenant le total est sept. Sept est un grain de moins que huit, c’est un grain de moins que trois deux multipliés ensembles. Quinze est un grain de moins que quatre deux multipliés ensemble. Cela continue à chaque fois, ainsi quand nous avons terminé, le nombre total de grains sera un grain de moins que le nombre que j’obtiens en multipliant 64 deux ensembles. Ma question est combien de blé cela fait-il ?

Vous savez, cela ferait-il une jolie pile ici dans la pièce ? Cela remplirait-il le bâtiment ? Cela recouvrirait-il le comté sous 2m de blé ? De combien de blé sommes-nous en train de parler ?

La réponse est que c’est approximativement quatre cents fois la récolte mondiale de blé de 1990. Cela pourrait être plus de blé que les hommes ont récoltés dans toute l’histoire de la terre. Vous dites, comment êtes vous arrivé à un si grand nombre et la réponse est, c’était simple. Nous avons juste commencé avec un grain, mais nous avons laissé la quantité grandir régulièrement jusqu’à ce qu’elle ait doublé un petit 63 fois.

Maintenant il y a quelque chose d’autre qui est très important, l’accroissement dans chaque temps de doublement est plus grand que le total de tous les accroissements précédents. Par exemple, quand je met huit grains sur la quatrième case, le huit est plus grand que le total de sept qui étaient déjà là. Je met trente deux grains sur la sixième case ; le trente deux est plus grand que les trente et un qui étaient déjà là. A chaque fois que la quantité double, cela demande plus que tout ce qui a été ajouté dans tous les accroissements précédents.

Bien, traduisons tout ça dans la crise énergétique. Voici une publicité des années 1975, elle pose la question « l’Amérique peut-elle tomber à court d’électricité ? ». L’Amérique dépend de l’électricité ; notre besoin d’électricité double tous les 10 ou 12 ans. C’est le reflet précis d’une très longue histoire de croissance régulière de l’industrie électrique dans ce pays. Une croissance d’environ 7% par an donne un doublement tous les 10 ans.

Maintenant avec toute cette histoire de croissance, ils s’attendent juste à ce que la croissance continue pour toujours. Heureusement cela s’arrêta, non pas parce que quelqu’un comprenait l’arithmétique, cela s’arrêta pour d’autres raisons. Bien, demandons nous et si… Supposez que la croissance ait continué, alors nous pourrions voir ici ce que nous avons vu avec le plateau d’échec. Dans les dix ans suivant l’apparition de cette plublicité, dans cette décennie, la quantité d’énergie électrique que nous aurions consommé dans ce pays aurait été plus grande que le total de toute l’énergie électrique que nous avons jamais consommé dans l’histoire entière de croissance régulière de cette industrie dans ce pays.

Maintenant réalisez vous que n’importe quoi de complètement acceptable comme 7% de croissance par an pourrait mener des conséquences aussi incroyables, qu’en juste 10 ans vous utiliseriez plus que tout ce qui a été utilisé dans tout l’accroissement précédent ?

Et bien c’est exactement ce à quoi que le Président Carter se référait lors de son discours sur l’énergie. Une de ses déclarations était celle là. Il dit, « Dans chacune de ces décennies plus de pétrole a été consommé que dans toute l’histoire précédente de l’humanité ». En tant que tel c’est une affirmation stupéfiante.

Maintenant vous comprenez que ce que le Président nous disait était la simple conséquence d’une croissance arithmétique de 7% par an dans la consommation mondiale de pétrole, et c’était la figure historique jusque dans les années 1970.

Il y a une autre magnifique conséquence de cette arithmétique. Si vous prenez soixante dix ans comme durée et notez que c’est approximativement une durée de vie d’homme, alors n’importe quel pourcentage de croissance continue et régulière pendant soixante dix ans donne un accroissement total par un facteur qui est très facile à calculer. Par exemple 4% par an pendant 70 ans, vous trouvez le facteur en multipliant quatre deux entre eux, c’est un facteur 16.

Il y a quelques années, un des journaux de ma ville natale de Boulder Colorado, questionna les neufs membres du Conseil Municipal de la Ville de Boulder et leur demanda quel était le taux d’accroissement de la population de Boulder ils pensaient qu’il serait bon d’avoir dans les années à venir. Et bien les neufs membres du Conseil Municipal de Boulder donnèrent des réponses s’échelonnant à partir d’un faible 1% par an, ce qui apparaît maintenant comme étant le taux d’accroissement de la population des Etats-Unis. Nous ne sommes pas à un accroissement de population nul, pour le moment, le nombre des Américains augmente chaque année de plus de trois millions de personnes. Aucun membre du Conseil Municipal n’a dit que Boulder devrait grandir moins rapidement que les Etats-Unis grandissent.

La réponse la plus haute qu’un membre du Conseil Municipal ait donnée fut 5% par an. Sachez que je me senti obligé, je devais leur écrire une lettre et leur dire « Savez vous que 5% par an pour juste 70 ans – je peux me souvenir quand juste 70 ans me semblaient comme une durée horriblement longue, elle ne me semble plus si longue maintenant. (Rires dans l’audience). Bien cela signifie que la population de Boulder grandirait par un facteur 32. Aujourd’hui nous avons une station d’épuration surchargée, dans soixante dix ans nous aurons besoin de 32 stations d’épuration surchargées.

Maintenant à l’époque avez vous réalisé comme tous les Américains que 5% de croissance par an pouvaient mener à des conséquences aussi incroyables sur une période de temps aussi modeste ? Notre Conseil Municipal a un degré zéro de compréhension de cette arithmétique très simple.

Bien, il y a quelques années, j’ai eu une classe d’étudiants non scientifiques qui étaient intéressés par les problèmes de la science et de la société ; nous avons passé beaucoup de temps à apprendre à utiliser du papier semi-logarithmique. Il est imprimé de manière à ce que ces lignes horizontales sur l’échelle verticale représentent chacune un accroissement par un facteur 10. Ainsi vous allez de mille à dix mille à cent mille, et la raison d’utiliser ce papier spécial est que sur ce papier une ligne droite représente une croissance régulière.

Alors nous avons étudié de nombreux exemples, j’ai dit aux étudiants « Parlons de l’inflation, parlons de 7% par an. ». Ce n’était pas si élevé quand nous l’avons fait, cela a été plus haut depuis lors, heureusement c’est plus faible maintenant. Et j’ai dit aux étudiants, comme je vous le dit, vous avez environs soixante ans d’espérance de vie devant vous, voyons ce que quelques choses communes couteront si nous avons soixante ans d’inflation à 7%

Les étudiants trouvèrent qu’un galon d’essence à 55 cents couterait 35.20$ - 2.50$ pour un cinéma deviendrait 160$. Le sac de provisions à 15$ que ma mère avait l’habitude d’acheter à 1.25$, il serait à 960$. Un ensemble de vêtements à mille dollars serait à 64000$, un automobile à 4000$ couterait un quart de million de dollars, et une maison à 45000$ vaudrait presque trois millions de dollars.

Bien, j’ai donné aux étudiants cette annonce publicitaire apparue dans le magazine Newsweek ainsi que ces figures montrant l’escalade des coûts de la chirurgie de la vésicule biliaire depuis 1950, quand l’opération coutait 361$. Je leur ai dit de réaliser un tracé semi-logarithmique, regardons ce qui s’ensuit. Les étudiants trouvèrent que les quatre premiers points se positionnaient sur une ligne dont la pente indiquait une inflation d’environ 6% par an, mais les quatrième, cinquième et sixième étaient sur une droite plus raide de presque 10% d’inflation par an. Bien, j’ai alors dit aux étudiants, poursuivons cette droite plus raide jusqu’à l’année 2000, faisons nous une idée de ce qu’une opération de la vésicule biliaire pourrait coûter. L’an 2000 était il y a quatre ans, la réponse est 25000$. La leçon était horriblement claire. Si vous songez à une opération de la vésicule biliaire, faites la maintenant. (Rires dans l’audience).

Lors de l’été 1986 le bulletin d’informations indiqua que la population mondiale atteignit le nombre de cinq milliards de personnes en croissance de 1.7% par an. Bien, votre réaction à 1.7% pourrait être que c’est si faible que rien de mauvais ne peut jamais arriver à 1.7% par an. Aussi vous calculez le temps de doublement et trouvez que c’est seulement 41 ans. Maintenant c’était en 1986, plus récemment en 1999 nous lisions que la population mondiale a cru de 5 milliards à 6 milliards. La bonne nouvelle est que le taux de croissance a chuté de 1.7% à 1.3% par an. La mauvaise nouvelle est qu’en dépit de la chute du taux de croissance la population mondiale est aujourd’hui en augmentation d’environ 75 millions de personnes supplémentaires chaque année.

Maintenant si ce modeste 1.3% par an devait continuer, la population mondiale s’accroitrait à une densité de une personne par mètre carré de terre émergée en seulement 728 ans et la masse de personne serait égale à la masse de la terre en seulement 2400 ans. Bien, nous pouvons en sourire, nous savons que cela ne peut arriver. On en peut faire un dessin humoristique mignon : la légende indique « Excusez moi Monsieur, mais je vais vous faire une offre attractive pour votre mètre carré ».

Il y a une leçon fondamentale dans ce dessin humoristique. La leçon est qu’une croissance zéro de la population se produira. Maintenant nous pouvons débattre si nous aimons ou n’aimons pas une croissance zéro de la population. Cela arrivera que nous débations ou pas, que nous aimions ou pas. Il est absolument certain que les gens ne pourraient jamais vivre à cette densité sur les terres émergées de la surface de la terre. Donc les hauts taux de naissance d’aujourd’hui chuteront ; le faible taux de mortalité d’aujourd’hui augmentera jusqu’à ce qu’ils aient exactement la même valeur numérique. Cela sera certainement d’ici une durée inférieure à quelques centaines d’années. Aussi peut être vous demandez vous alors quelles options sont disponibles si nous voulons adresser le problème.

Dans la colonne gauche j’ai listé certaines des choses que nous devrions encourager si nous voulons augmenter le taux de croissance de la population et ainsi empirer le problème. Regardez juste la liste. Chaque élément dans la liste est aussi sacré que la maternité, il y a l’immigration, la médecine, la santé publique, l’hygiène publique. Ils sont tous dédiés aux but humains de diminuer le taux de mortalité et c’est très important pour moi, si c’est mes chances de mourir qu’ils diminuent. Alors il faut que je réalise que tout ce qui diminue le taux de mortalité fait empirer le problème de population. Il y a la paix, la loi et l’ordre, l’agriculture scientifique a diminué le taux de mortalité du à la famine, ce qui rend juste le problème de population pire. L’air propre le rend pire.

Maintenant dans cette colonne sont quelques choses que nous devrions encourager si nous voulons diminuer le taux d’accroissement de la population et ce faisant aider à solutionner le problème de population. Bien, il y a l’abstention, la contraception, l’avortement, les petites familles, arrêter l’immigration, la maladie, la guerre, le meurtre, les famines, les accidents. Fumer augmente significativement le taux de mortalité, cela aidera-t-il à résoudre le problème ?

Souvenez-vous de ma conclusion du dessin humoristique d’une personne par mètre carré, nous avons conclu qu’une croissance zéro de la population humaine se produira. Exprimons maintenant cette conclusion en d’autres termes et disons qu’il est évident que la nature va choisir dans la liste de droite et que nous n’avons rien à faire à part se préparer à vivre avec quoi que choisira la nature de la liste de droite. Ou alors nous pouvons mettre en œuvre l’option qui nous est ouverte, et cette option est de choisir en premier dans la liste de droite. Nous allons trouver quelque chose ici pour lequel nous pouvons aller faire campagne ? Y-a-t-il quelqu’un ici pour promouvoir la maladie ? (Rires dans l’audience).

Nous avons maintenant des capacités de guerres incroyables, aimeriez-vous plus de meurtres, plus de famines, plus d’accidents ? Bien, nous pouvons voir ici le dilemme humain. Tout ce que nous regardons comme bon fait empirer le problème de population, tout ce que nous regardons comme mauvais aide à résoudre le problème. Si un dilemme a jamais existé en voici un.

La question restante est l’éducation ; va-t-elle dans la colonne de gauche ou celle de droite ? Je dois dire que jusqu’ici dans ce pays elle a été dans la colonne de gauche et a fait très peu pour réduire l’ignorance de ce problème. Ainsi où commençons nous ? Bien, commençons à Boulder, Colorado, ici dans ma ville natale. Voici les données du recensement de 1950, celui de 1960 et de 1970. Dans cette période de 20 ans la croissance moyenne de la population fut de 6% par an. Avec de gros efforts, nous avons réussi à ralentir la croissance quelque peu. Voici les données du recensement de 2000. J’aimerais demander aux gens, commençons avec ces chiffres de 2000, avançons de 70 ans, une vie humaine, et demander quel taux de croissance avons nous besoin pour la population de Boulder dans les 70 prochaines années afin qu’à la fin de ces 70 ans la population de Boulder soit égale à celle de la population actuelle d’une grande cité Américaine de votre choix ?

Boulder dans soixante dix ans pourrait être aussi grosse que Boston aujourd’hui si nous croissons de juste 2.58% par an. Maintenant si nous pensons que Detroit est un meilleur modèle nous devrions avoir 3.25% par an. Souvenez vous des données historiques précédentes de 6% par an. Si cela devait continuer pour un temps de vie, la population de Boulder serait plus importante que la population de Los Angeles. Bien, je vous dirais juste qu’il est impossible de caser la population de Los Angeles dans la valée de Boulder, donc c’est évident. La croissance de la population de Boulder va s’arrêter et la seule question est si nous allons être capable de la stopper tant qu’il y a encore de l’espace libre ou allons nous attendre jusqu’à ce que nous soyons les uns sur les autres et que nous étouffions tous ?

Maintenant, périodiquement quelqu’un me dit « vous savez une plus grosse ville peut juste être une meilleure ville » et je réponds « attends une minute, nous avons déjà expérimenté ça ». Nous n’avons pas besoin de nous demander quel sera l’effet de la croissance sur Boulder parce que la Boulder de demain peut être vue dans la Los Angeles d’aujourd’hui, et pour le prix d’un ticket d’avion nous pouvons nous projeter 70 ans dans le futur et voir exactement ce qu’il en est. Qu’en est-il ? Voici un gros titre intéressant à Los Angeles. Peut-être cela a-t-il à voir avec ce gros titre à Los Angeles ?

Et que faisons nous dans le Colorado ? Bien, voici le capital de croissance des USA aujourd’hui et nous en somme fiers. Le Rocky Mountains News nous informe de nous attendre à un million supplémentaire de personnes dans les 20 prochaines années, et quelles seront les conséquences de tout cela ? Elles sont totalement prévisibles et sans surprises, nous savons axactement ce qui arrive quand vous entassez plus de gens au même endroit.

Bien, vous pouvez imaginer que le contrôle de la croissance est un sujet très sujet à controverse et je garde comme un trésor la lettre de laquelle ces citations sont extraites. Cette lettre me fut écrite par un citoyen dirigeant de notre communauté. Il est un des ténors parmi les avocats de la croissance controlée, croissance contrôlée signifiant simplement croissance. Cet homme écrit « Je suis d’accords avec tous vos arguments concernants la croissance exponentielle ; je ne crois pas que l’argument exponentiel soit valide au niveau local ».

Voyez-vous, l’arithmétique ne tient pas à Boulder. (Rires dans l’audience). Je dois admettre que cet homme a un diplôme de l’université du Colorado ; ce n’est pas un diplôme en mathématique, en science, ou d’ingénieur. D’accords, regardons ce qui arrive quand nous avons ce genre de croissance régulière dans un environnement fini.

Les bactéries croissent en se dédoublant. Une bactérie se divise et devient deux, les deux se divisent et deviennent 4, qui deviennent 8, 16 et ainsi de suite. Supposons que nous avons des bactéries dont le nombre double chaque minute. Supposons que nous placions une de ces bactéries dans une bouteille vide à onze heure du matin, et observions que la bouteille est pleine à midi pile. C’est juste un cas ordinaire de croissance régulière, le temps de doublement est une minute, et il se passe dans un environnement fini qui est une bouteille. Je veux vous poser trois questions.

Numéro une : à quel moment la bouteille était-elle à moitié pleine ? Bien, le croiriez-vous, à 11h59, une minute avant midi, parce que les bactéries doublent en nombre chaque minute.

Seconde question : si vous étiez une bactérie quelconque dans cette bouteille, à quel moment réaliseriez-vous que vous allez manquer de place ? Examinons juste la dernière minute dans la bouteille. A midi pile elle est pleine, une minute avant elle à moitié pleine, deux minutes avant elle est au quart, avant 1/8, avant 1/16. Laissez moi vous demander, à 5 minutes avant midi quand la bouteille est seulement 3% pleine et qu’il y a 97% d’espace libre qui aspirent au développement, combien d’entre vous réaliseriez qu’il y a un problème ?

A propos de la controverse actuelle sur la croissance de Boulder, il y a quelque années quelqu’un écrivit dans un journal qu’il n’y avait pas de problème de croissance de la population à Boulder parce que, disait l’auteur, nous avons quinze fois autant d’espace libre que nous en avons déjà utilisé. Laissez moi vous demander quel heure était-il à Boulder quand la surface d’espace libre était quinze fois celle que nous avions déjà utilisée ? Et la réponse est : il était midi moins 4 dans la vallée de Boulder. Maintenant supposons que deux minutes avant midi, certaines des bactéries réalisent qu’elles vont manquer d’espace et lancent une grande recherche de nouvelles bouteilles. Elles cherchèrent au delà des mers et sur les plateaux continentaux extérieurs et dans l’Arctique, et elles trouvèrent trois nouvelles bouteilles. C’est une découverte incroyable, trois fois le total des ressources connues auparavant, maintenant il y a quatre bouteilles, avant leur découverte il n’y en avait qu’une. Maintenant cela donnera surement une société durable, n’est ce pas ?

Connaissez-vous la troisième question ? Pendant combien de temps la croissance peut-elle continuer en résultat de cette magnifique découverte ? A midi, une bouteille est pleine, il en reste trois. Midi une, deux bouteilles sont pleines il en reste deux. Et à midi deux les quatres sont pleines et c’est fini. Maintenant vous n’avez pas besoin de plus d’arithmétique que ça pour évaluer l’absolue contradiction des affirmations que nous avons tous entendues et lues originaires d’experts qui nous disent d’abords que nous pouvons continuer d’accroître nos taux de consommation de combustibles fossiles et ensuite de ne pas nous inquiéter, nous serons toujours capables de faire des découvertes des nouvelles ressources dont nous avons besoins pour satisfaire les exigences de cette croissance.

Il y a quelques années à Washington notre secrétaire à l’énergie observa que dans la crise énergétique nous avons un cas classique de croissance exponentielle contre une source finie. Regardons maaintenant certaines de ces sources finies. Nous nous tournons vers les travaux du Dr M. King Hubbert, il a dessiné ici un graphique semi logarithmique de la production mondiale de pétrole. Vous pouvez voir que la ligne est approximativement droite pendant environ 100 ans, jusqu’ici en 1970, avec une croissance moyenne très proche de 7% par an.

Il est logique de se demander pour combien de temps cette croissance de 7% peut continuer. La réponse est dans les chiffres de cette table. Les nombres sur la première ligne nous disent que en 1973, la production mondiale de pétrole était de vingt milliards de barils, la production totale historique de trois cent milliards, les réserves restantes de dix sept cent milliards. Voici les données, le reste de cette table est juste le calcul sous l’hypothèse que la croissance historique de 7% par an a continué dans les années suivant 1973 exactement comme cela s’était produit depuis cent ans. En réalité la croissance s’arrêta, elle s’arrêta parce que l’OPEP a accru les prix de leur pétrole donc ici nous nous demandons, « et si ? ». Supposons que nous ayons décidé de rester sur cette courbe à 7% de croissance et retournons en 1981. En 1981 sur la courbe à 7% l’utilisation historique totale se monterait à cinq cent milliards de barils, les réserves restantes à quinze cents milliards. A ce point les réserves restantes sont triples du total de tout ce que nous avons utilisé dans notre histoire. C’est une énorme réserve mais quel est l’heure à laquelle les réserves restantes sont triples du total de tout ce que vous avez utilisé depuis toujours ? La réponse est qu’il est deux minutes avant midi.

Nous savons qu’avec cette croissance de 7%, le temps de doublement est de dix ans. Allons de 1981 à 1991, en 1991 sur la courbe à 7% la quantité utilisée dans toute l’histoire se monterait à mille milliard de barils, il y resterait mille milliards de barils. A ce point le pétrole restant serait en quantité égale au total de tout ce que nous avons utilisé dans toute l’histoire de l’industrie du pétrole sur cette terre. Cent trente années de consommation de pétrole. Vous diriez « C’est une reserve énorme », mais quelle heure est-il lorsque les réserves restantes sont égales à tout ce qui a été utilisé depuis toujours ? La réponse est une minute avant midi. Alors nous avançons une décennie supplémentaire au tournant du siècle, c’est à peu près maintenant, c’est au moment où 7% finirait d’épuiser toutes les réserves de pétrole de la terre.

Aussi regardons cela sur un joli graphique. Supposez que la surface de ce minuscule rectangle représente tout le pétrole que nous avons utilisé sur la terre avant 1940, puis dans la décennie des années 40 nous avons utilisé tout cela, ce qui est autant que tout ce qui avait été utilisé auparavent dans toute notre histoire. Dans la décennie des années 50 nous avons utilisé autant que ça, et c’est égal à ce qui avait été utilisé dans toute l’histoire précédente. Dans la décennie des années 60 nous avons utilisé ça, encore une fois c’est égal à toute la consommation précédente. Voici graphiquement ce que le Président Carter nous a dit. Maintentant, si cette croissance de 7% avait continué pendant les années 70, 80 et 90 voici ce que cela signifie. Cela représente tout le pétrole qui existe.

Maintenant il existe une croyance largement répandue que si on investit suffisamment d’argent à faire des trous dans le sol, du pétrole va certainement jaillir. Bien, il y aura des découvertes de nouveau pétrole et peut être des découvertes majeures, mais regardez. Nous devons découvrir tout ça de pétrole si nous continuions avec cette croissance de 7% pendant 10 ans. Demandez-vous quelle est la chance que le pétrole découvert après la fin de notre réunion aujourd’hui sera en quantité égale au total de tout ce que nous avons déjà découvert au cours des temps. Réalisez alors que si tout ce pétrole nouveau pouvait être trouvé cela serait suffisant pour laisser la croissance historique de 7% continuer pour dix ans de plus. Il est maintenant intéressant de voir ce que les experts disent.

Voici une interview du magazine Time, une interview avec un des experts les plus cités dans tout le Texas, ils lui ont demandé : « Mais nombreux parmi nos champs les plus gros n’ont-ils pas déjà été pompés jusqu’à être à sec ? » Sa réponse fut « Il y a encore autant de pétrole à trouver dans les Etats Unis qu’il y en a eu de produit ». Assumons maintenant qu’il ait raison. Quelle heure est-il ? Et la réponse est : une minute avant midi. J’ai lu de nombreux trucs que ce gars a écrit ; je ne pense pas qu’il possède la moindre compréhension de cette arithmétique très simple.

A propos de la crise énergétique il y a environ trente ans nous voyions des annonces telles que celle ci. Elle provient de l’American Electric Power Company. Elle est un peu rassurante : « Ne vous inquiétez pas parceque nous sommes assis sur la moitié des réserves de charbon, suffisamment pour bien plus de 500 ans ». D’où vient ce chiffre de 500 ans ? Il peut avoir son origine dans ce rapport du comité des Affaires Intérieures et Insulaires (Interior and Insular Affairs) du Sénat des Etats Unis, car dans ce rapport nous trouvons cette phrase « Aux niveaux actuels d’extraction, les réserves américaines de charbon dureront plus de 500 ans ».

C’est une des plus dangereuses affirmations dans la litérature. Elle est dangereuse parce qu’elle est vrai, ce n’est pas sa vérité qui la rend dangereuse, la danger réside dans le fait que les gens retiennent une partie de la phrase, ils disent juste que le charbon durera 500 ans. Ils oublient l’avertissement par lequel commence la phrase. Que sont ces mots au début de la phrase, « Aux niveaux actuels », que cela signifie-t-il ? Cela signifie si, et seulement si nous maintenont une croissance zéro de la production de charbon.

Regardons quelques chiffres. Allons voir le bilan annuel de l’énergie, publié par le ministère de l’énergie. Ils fournissent ceci comme réserve prouvée de charbon aux Etats Unis, avec une note de bas de page disant qu’environ la moitié des réserves prouvées sont estimées récupérables. On ne peut pas extraire du sol et exploiter 100% du charbon qui s’y trouve ? Le nombre réel est donc en fait la moitié de ce nombre. Nous y reviendrons dans juste un moment. Le rapport nous dit aussi qu’en 1971 l’exploitation était à ce niveau, et vingt ans plus tard à celui ci. Groupez ces nombres ensembles et la croissance moyenne de la production de charbon pendant ces 20 ans est de 2.86% par an. Et nous devons nous demander combien de temps une réserve dure en présence d’une croissance régulière du taux de consommation jusqu’à ce que le dernier morceau soit utilisé.

Je vais vous montrer l’équation pour calculer la durée d’utilisation de la réserve : (1), avec T% le taux de croissance de la consommation en¨%, R0 la réserve initiale et C0 la consommation initiale.

Je vous informe qu’il suffit d’un niveau de faculté scientifique première année pour obtenir cette équation, cela ne doit donc pas être très difficile. Vous savez j’ai l’impresion qu’il doit y avoir des douzaines de personnes dans ce pays qui ont suivi la première année de faculté scientifique, mais laissez moi vous dire, je pense que cette équation est probablement le secret scientifique le mieux gardé du siècle !

Maintenant laissez moi vous montrer pourquoi. Si vous utilisez cette équation pour calculer l’espérance de vie de la réserve, ou de la moitié qui est jugée récupérable, et ce pour différents taux de croissance régulière, vous trouverez que pour un taux de croissance zéro l’estimation basse donne environ 240 ans et la haute serait proche de 500 ans. Ainsi le rapport au congrès était correct. Mais regardez ce qu’on obtient si nous ajoutons une croissance régulière. Dans les années 1960 notre objectif national était d’atteindre une croissance de production de charbon d’environ 8% par an. Si nous pouvions atteindre et maintenir ce taux, le charbon durerait entre 37 et 46 ans. Le Président Carter coupa grossièrement en deux ce taux, dans l’espoir d’atteindre 4% par an si cela permettait au charbon de durer encore entre 59 et 75 ans. Voici 2.86%, le taux moyen pour les récentes vingt dernières années ; si cela pouvait continuer à ce taux le charbon durerait entre 72 et 94 ans. C’est dans la durée de vie des enfants nés aujourd’hui. La seule manière d’approcher cette folle citation, ce chiffre de 500 ans, est de simultanément faire deux choses.

Numéro un, il faut déterminer comment utiliser 100% du charbon qui est dans le sol. Numéro deux, il faut déterminer comment avoir 500 ans de croissance zéro dans la production du charbon. Regardez ces chiffres, ce sont des faits.

Dans les années 1970 il y a avait de grandes inquiétudes à propos de l’énergie. Mais ces inquiétudes ont disparu dans les années 1980. Seulement les soucis à propos de l’énergie dans les années 70 ont poussé les experts, les journalistes, et les scientifiques à assurer le peuple Américain qu’il n’y avait pas de raison de s’inquiéter. Aussi regardons en arrière sur ces assurances des années 70 afin que nous puissions savoir à quoi s’attendre maintenant que la crise énergétique revient.

Voici le directeur de la division énergie du laboratoire Oakridge National qui nous dit comme il est bon marché d’importer du pétrole, nous disant que nous devons avoir de fortes hausses et une croissance rapide de notre utilisation de charbon. Dans ces conditions il estimait que les réserves Américaines de charbon était si importantes qu’elles dureraient au minimum trois cents ans et probablement au maximum mille ans. Vous avez vu les faits, maitenant vous voyez ce qu’un expert raconte et que pouvez-vous conclure ? Il y a eu une émission spéciale de trois heure sur CBS à propos de l’énergie. Le reporter affirmait que selon les estimations les plus basses nous avions assez de charbon pour 200 ans, selon les plus hautes pour plus de mille ans. Vous venez juste de voir les faits et maintenant vous pouvez voir ce qu’un journaliste nous raconte après une étude approfondie, et que pouvez-vous conclure ?

Dans le journal de l’éducation chimique, à la page dédiée aux professeurs dans les écoles de chimie et dans un article d’un membre de l’équipe scientifque du journaln on nous informe que les réserves prouvées de charbon sont énormes et il y a un dessin. Les réserves permettent de satisfaire les besoins présents en énergie des Etats Unis pour presque mille ans. Bien, faisons une petite division. Vous prenez le charbon qu’ils disent être présent et vous le divisez par le taux courant de consommation, on obtien 180 ans. Ils n’écrivent pas, taux courant de consommation, mais plutôt les besoins présents en énergie. Le charbon aujourd’hui fournit environ 20% de l’énergie que nous utilisons aujourd’hui dans ce pays, ainsi si vous voulez calculer le temps pendant lequel cette quantité de charbon peut satisfaire les besoins présents en énergie des Etats Unis, vous devez multiplier le premier résultat par 1/5. Ce qu’on obtient est trente six ans. Ils écrivent presque mille ans. Le magazine Newsweek, dans un article de première page affirme qu’au présent taux de consommation nous avons assez de charbon pour 666.5 ans, le vigule 5 signifie je pense que nous tomberons à court en juillet plutôt qu’en janvier. (Rires dans l’audience). Si nous arrondissons cela, disons grossièrement à 600 ans, c’est assez proche de 500 pour être dans la zone d’incertitude de notre connaissance de la taille des réserves. Ceci dit, c’est une affirmation raisonnable ; mais ce à quoi l’article arrive est que nous devons avoir une croissance rapide et majeure de notre consommation de charbon. C’est évident n’est ce pas ? Si la croissance dont ils parlent est là, la réserve ne durera pas aussi longtemps qu’ils ont dit qu’elle durerait avec une croissance zéro. Ils ne mentionnent jamais ce point. Je leur ai écrit une longue lettre, leur ai dit que je pensais que c’était une sérieuse erreur d’interprétation de donner aux lecteurs le sentiment que nous pourrions avoir toute la croissance qu’ils décrivent et encore avoir ce charbon disponible pour 600 ans. J’ai eu une réponse très jolie de leur part, elle n’a rien à voir avec ce que j’avais essayé de leur expliquer.

J’ai fait cet exposé dans une école supérieure à Omaha, et après l’exposé le professeur de physique vint me voir. Il avait une brochure et me demanda si je l’avais déjà vue. Je ne l’avais pas vue et il m’invita à regarder. Nous avons du charbon par dessus les oreilles, comme indiqué par le magazine Forbes, un éminent magazine d’affaires, les Etats Unis ont 437 milliards de tonnes de réserve de charbon. C’est un grand nombre, l’équivalent de beaucoup de BTU (2) ou encore assez d’énergie pour maintenir 100 milions de grosses usines à charbon pour 800 ans. Et le professeur me demanda comment cela pouvait être vrai, ça ferait une grosses usine de production à charbon pour deux personnes aux Etats Unis. Je lui ai répondu que bien sur cela ne pouvait pas être vrai, c’est absolument insensé. Faisons une petite division pour voir à quel niveau c’est idiot. Prenons le charbon qu’ils affirment être là, divisons par ce qui était alors le taux courant de consommation, on trouve que ça ne durerait pas jusqu’à 800 ans et nous avions à peine à ce moment 500 grosses usines électrique, et ils écrivent qu’il serait possible d’avoir cent millions de ce type d’usine.

Le magazine Time nous informe que dans les puits des Appalaches dans la vallée de l’Ohio et dans les étendues minières de l’ouest réside assez de veines de charbon pour satisfaire la demande du pays pour des siècles, peu importe comment la consommation d’énergie s’accroit. Et alors je vous donne une observation très basique, ne croyez pas une affirmation à propos de l’espérance de vie d’une ressource non renouvelable jusqu’à ce que vous ayez confirmé la prédiction en répétant le calcul. En ce qui concerne les mines de charbon nous devons remarquer que plus la prédiction est optimiste, plus grande est la probabilité qu’elle soit basée sur une arithmétique défectueuse ou aucune arithmétique du tout.

Encore une fois dans le magazine Time, l’industrie de l’énergie est d’accords sur le point que pour acquérir une forme d’autonomie en énergie les Etats Unis doivent exploiter tout le charbon possible. Pensons maintenant à cela un moment. Laissez moi paraphraser cela. Plus vite nous consommons nos ressources, et plus nous serons autonome. N’est ce pas ce que cela signifie ?

David Bower appelle cela la politique de la force jusqu’à l’épuisement. Voici un exemple de force jusqu’à l’épuisement. Voilà William Simon, conseiller présidentiel du Président des Etats Unis. Simon dit que nous devrions essayer de creuser autant de puits qu’il est possible, pour récupérer les réserves prouvées de pétrole. Plus vite nous aurons récupéré la dernière goutte de pétrole du sol et l’aurons utilisé, mieux nous serons. Regardons maintenant le graphique du docteur Hubbert pour la production de pétrole des 48 Etats du sud (lower 48 states), encore une fois en échelle semi-logarithmique.

Ici nous avons une section ligne droite de croissance régulière, mais depuis un bon moment la production est tombée sous la courbe de croissance alors que notre demande a continué à la hausse sur cette courbe jusque dans les années 1970. Il est évident que la différence entre les deux courbes a été compensée par les importations. C’était début 1995 que nous avons lu que l’année 1994 était la première de toute l’histoire de notre nation pendant laquelle nous avons du importer plus de pétrole que nous avons été capable d’extraire de notre sol.

Peut être vous demandez vous si cela a un sens d’imaginer que nous puissions avoir une croissance régulière du taux de consommation d’une ressource jusqu’au moment où la dernière particule est utilisée, et avoir alors un plongeon abrupt à zéro du taux de consommation. Je dis non, cela n’a aucun sens. OK, vous dites, pourquoi nous ennuyer avec le calcul du temps d’expiration. Ma réponse est celle ci : chaque segment de notre société, nos affaires, chefs gouvernementaux, chefs politiques, au niveau local, au niveau des états, au niveau national, tous le monde aspire à maintenir une société dans laquelle toutes les mesures de la consommation matérielle continue à croitre régulièrement années après années après années, un monde sans fin.

Puisque c’est si central à tout ce que nous faisons, nous devrions savoir où ça nous mène. D’un autre coté nous devrions reconnaître qu’il y a un meilleur modèle et nous tourner encore vers les travaux du Dr Hubbert. Il a tracé le taux de consommation des ressources qui ont déjà été exploitées, il a trouvé que oui, il y avait une période initiale de croissance régulière du taux de consommation. Mais alors le taux passe par un maximum et redescend le long d’une jolie courbe symétrique en cloche. Nous sommes au pic, nous sommes au milieu de la ressource, c’est exactement ce qu’a dit l’expert du Texas que j’ai cité il y a une minute.

Regardons maintenant ce que cela signifie. Cela signifie qu’à partir de maintenant la production domestique de pétrole ne peut que descendre de la colline, le reste de chemin est vers le bas de la colline. Et quoi que puisse se dire à Washington DC ne fera aucune différence.

Cela signifie que nous pouvons nous donner beaucoup de mal pour créer des petites bosses sur le coté descendant de la courbe, vous pouvez voir qu’il y a des petites bosses sur le coté montant de la colline. Le débat s’échauffe sur l’exploitation des réserves naturelles de l’Arctique. J’ai vu une estimation selon laquelle 3.2 milliards de barils pourraient être trouvés là bas. 3.2 milliards de barils est l’aire de ce minuscule carré ; c’est moins que la consommation annuelle des Etats Unis (3). Regardons maintenant la courbe comme ceci, la surface sous la courbe représente la ressource totale dans les Etats Unis. Elle a été divisée en trois partie, ici le pétrole que nous avons extrait du sol, nous l’avons utilisé, il n’existe plus. Cette bande verticale ombrée, c’est le pétrole pour lequel nous avons des derricks ; nous l’avons trouvé, nous le pompons aujourd’hui. Ombré en vert sur la droite est le pétrole non découvert. Nous avons d’excellentes manières maintenant d’estimer combien de pétrole demeure non découvert. C’est le pétrole que nous devons trouver si nous descendons le long de la courbe comme prévu. Périodiquement quelqu’un me fait remarquer qu’il y a cent ans quelqu’un a fait un calcul et a prédit que les Etats Unis tomberaient à cours de pétrole d’ici à 25 ans. Le calcul a déjà été faux, donc bien sur tous les calculs sont faux. Comprenons bien ce qu’ils on fait. Il y a cent ans […] tout ce qu’ils firent c’est prendre le pétrole découvert, et le diviser par la vitesse à laquelle il était utilisé et tomber sur 25 ans. Ils n’avaient aucune idée de combien de pétrole n’était pas encore découvert. Bien, c’est évident ; il faut refaire un nouveau calcul à chaque nouvelle découverte. Nous ne demandons pas aujourd’hui combien de temps durera le pétrole découvert jusqu’ici, nous nous interrogeons à propos de pétrole découvert et non découvert, nous discutons maintenant du reste du pétrole. Que nous raconte la vue d’ensemble géologique des Etats Unis ?

En 1984 il était estimé que la provision de ressources non découvertes et de ressources démontrées étaient de trente six ans aux présents taux de production, ou dix-neuf ans en l’absence d’importation. Cinq ans plus tard en 1989, ces trente six ans ont baissé à trente deux ans, les dix-neuf ans à seize ans. Ainsi les chiffres se confirment alors que nous descendons le long du coté droit de la courbe de Hubbert.

De temps en temps on entend quelqu’un qui dit que nous ne devrions pas nous soucier du problème, nous pouvons le résoudre. Dans ce cas nous pouvons le résoudre en cultivant du blé, en le distillant en éthanol, et en faisant rouler tous les véhicules des Etats Unis à l’éthanol. Examinons ceci : aujourd’hui la production d’éthanol est équivalente à 43.5 millions de barils de pétrole importés annuellement. Cela semble plutôt bon n’est ce pas, jusqu’au moment où vous réfléchissez. D’abords, la question à se poser est quelle fraction de la consommation des véhicules des Etats Unis représente quarante trois millions et demi de barils. La réponse est 1%.

Il faudrait multiplier la production de blé dévolue à l’éthanol d’un facteur 100 juste pour mettre les nombres en rapports. Il n’y a pas tant de terres agricoles dans les Etats unis. Il y a un plus gros problème. Il faut du combustible diesel pour labourer le sol, pour planter le blé, pour synthétiser les engrais afin de faire grandir le blé, pour prendre soin du blé, pour récolter le blé. Il faut plus d’énergie pour le distiller, et quand vous obtenez finalement un gallon d’éthanol, vous serez chanceux si il y a autant d’énergie dans le gallon qu’il en a fallu pour le produire (4). En général vous perdez. Mais ce bonhomme nous dit de ne pas nous inquiéter, nous pouvons résoudre le problème de cette façon.

En 1956, le Dr Hubbert s’addressa à une convention de géologues et d’ingénieurs du pétrole. Il les informa que ses calculs l’avaient amené à croire que le pic de production de pétrole et de gaz des Etats Unis se produirait entre 1966 et 1971. Personne ne le prit au sérieux. Voyons ce qui est arrivé.

La donnée est issue du Ministère de l’Energie. Voici la croissance régulière ; voici 1956 lorsque le Dr Hubbert fit son analyse. Il dit qu’à ce moment le pic arriverait entre 1966 et 1971. Voici le pic, 1970. Il fut suivi par un déclin très rapide. Alors le pipe-line d’Alaska commença à fournir du pétrole, et ce fut un redressement partiel. Cette production a maintenant atteint son pic et toute la production décroit à l’unisson du coté droit de la courbe. Et quand je vais sur mon PC personnel, ceci est ce qui correspond le mieux aux données. De ceci il semblerait que nous avons consommé les ¾ du pétrole récupérable qui ait jamais été présent dans le sol des Etats Unis, et nous avançons maintenant en roue libre sur la pente descendante des derniers 25% de ce qui fut un jour une énorme ressource. Il faut alors se poser la question du pétrole mondial.

Dr Hubbert en 1974 prédit que le pic de pétrole mondial serait autour de 1995, aussi regardons ce qui s’est produit. Ici nous avons les données du Ministère de l’Energie. Une longue période de croissance régulière, il y a un gros creux ici, et puis une reprise rapide, puis un creux énorme et une reprise très lente. Les creux sont dus à des augmentations brusques de prix dues à l’OPEP. Il est clair que nous n’avons pas encore dépassé le pic, aussi lorsque j’essaye de mettre en corespondance la courbe avec ce qui s’est passé, j’ai besoin d’un peu plus d’information. Il faut aller vers la litérature concernant la géologie et lui demander quelle est la quantité totale de pétrole que nous trouverons jamais sur cette terre. Le chiffre consensuel est deux mille milliards de barils. Bon, c’est incertain, plus ou moins peut être 40 à 50%. Si jamais j’introduit cette donnée et la met en correspondance, le pic est cette année (2004). Si j’assume qu’il y a 50% de pétrole en plus que le chiffre consensuel le pic se déplace en 2019. Si j’assume qu’il y en a le double, le pic se déplace en 2030.

Ainsi, de quelque manière que ce soit, dans votre espérance de vie vous verrez le pic mondial de production de pétrole. Vous devez vous demander à quoi ressemblera la vie lorsque la production mondiale de pétrole sera déclinante, et que la population modiale croitra et que la demande de pétrole par tête croitra. Pensez-y.

Dans l’édition de mars 1998 du Scientific American, il y a eu un article majeur par deux vrais géologue du pétrole. Ils dirent que le pic se produirait avant 2010, et nous sommes tous dans le même bateau. Cet article dans le Scientific American déclencha beaucoup de discussions. Voici un article du magazine Fortune de novembre 1999. Cet article parle du pétrole pour toujours, et dans cet article il y a une critique de l’analyse des géologues, et l’auteur est un professeur au MIT. Et il dit que cette analyse des géologues est une connerie, le monde ne tombera jamais à court de pétrole, pas en 10 000 ans. Regardons ce qu’il s’est produit.

Voici deux graphes, sur la même échelle. Nous avons ici un graphe en barres à propos des découvertes annuelles de pétrole, et voici les productions annuelles de pétrole. Notez que depuis les années 1980 nous avons produit a peu près le double de ce que nous avons trouvé. Cependant vous avez lu et vu et entendu des déclarations de scientifiques et non scientifiques disant que nous avons maintenant des ressources plus grandes de pétrole que jamais auparavant dans l’histoire. Mais bon dieu qu’est ce qu’ils fument ?

Voici un autre apperçu de la production mondiale de pétrole, mais cette fois par tête. C’est des litres par personne et par jour. Qu’est ce que deux litres ? Un litre vaut à peu prêt un quart et donc deux litres vallent à peut près ½ gallon. La courbe supérieure assume que la population mondiale n’a pas augmenté depuis 1920, qu’elle est demeurée à 1.8 milliards. Et voici un copie de la courbe précédente. La courbe inférieure montre la population mondiale courante et ce qu’on observe est qu’avec une population mondiale croissante, la courbe s’écrase de plus en plus au fur et à mesure qu’on se déplace vers la droite. Notez que le pic est à environ 2.2 litres par personne par jour dans les années 1970. La chiffre actuel a baissé à environ 1.7 litres par personne et par jour, et on peut donc dire que chaque jour où n’importe lequel d’entre nous utilise plus que 1.7 litres de pétrole directement ou indirectement, il consomme plus que sa part. Pensez juste à ce que cela signifie.

Bien, nous devons maintenant nous intéresser aux nouvelles découvertes. Voici une discussion d’il y a environ 11 ans à propos de la découverte la plus importante des vingt dernières années dans le golfe du Mexique, d’une quantité estimée de sept cents millions de barils de pétrole. Ca fait beaucoup de pétrole, mais beaucoup comparé à quoi ? A ce moment nous consommions 16.6 millions de barils par jour dans les Etats-Unis. Divisez les sept cents par 16.6 et vous trouvez que cette découvrte couvrirait les besoins des Etats-Unis pendant quarante deux jours.

Sur la première page du Wall Street Journal, il était question du nouveau champs de pétrole d’Hibernia au large de la côte sud de Terre-Neuve. S’il vous plait lisez cette ligne dans le gros titre « Maintenant il durera cinquante ans ». Cela vous donne une certaine idée de la quantité de pétrole qu’il peut y avoir là bas, donc continuons la lecture de cette histoire du Wall Street Journal. « Le champs Hibernia, une des plus grandes découvertes en Amérique du Nord depuis des décennies, devrait commencer à fournir du pétrole à la fin de l’année. Au moins vingt autre champs supplémentaires pourraient suivre, offrant bien plus d’un milliard de barils de brut de haute qualité et fournissant au flot régulier de pétrole, à juste un petit trajet pétrolier de la cote Est assoifée d’énergie. »

Encore un peu d’arithmétique. Prenons la quantité de pétrole que nous pensons être là-bas, un milliard de barils. Actuellement la consommation des Etats-Unis a cru jusqu’à environ 18 millions de barils par jour. Divisons un milliard par 18 millions et nous trouvons que cela satisfairait le besoin des Etats-Unis pour 56 jours.

Maintenant quelle était l’impression que vous aviez avec ce gros titre dans le Wall Street Journal ? Et alors que vous y pensez, pensez aussi à la définition de l’agriculture moderne qui convertit le pétrole en nourriture(5, puis à la fin du pétrole.

Dr Hubbert déclara devant un comité du Congrès que la phase de la croissance exponentielle de l’industrie qui avait dominé les activité humaines pendant les quelques derniers siècles était proche de sa fin. Après tout pendant les deux derniers siècles de croissance industrielle ininterrompue nous avons évolué en ce qui revient à une culture de la croissance exponentielle. Je dirais que c’est plus qu’une culture, c’est notre religion nationale, car nous vénérons la croissance. Ramassez n’importe quel journal et vous verrez des gros titre tel que « l’Etat prévoit une croissance robuste ».

Avez-vous déjà entendu un médecin diagnostiquant un cancer à un patient et lui disant qu’il avait un cancer robuste. Cette terrible addiction n’est pas propre aux Etats-Unis, les Japonais sont si habitués à la croissance que les économistes de Tokyo parlent généralement de récession à chaque fois que le taux de croissance passe sous les 3% par an.

Alors, que faire ?

Selon Winston Chruchill « parfois nous devons faire ce que nous devons faire ». Tout d’abord au niveau national nous devons devenir sérieux à propos des énergies renouvelables. Pour débuter nous devons augmenter fortement les fonds pour la recherche, le développement et la généralisation des énergies renouvelables. Nous devons faire apprendre à tout le monde à comprendre l’arithmétique et les conséquences de la croissance, spécialement en terme de population et en terme des ressources finies de la terre. Nous devons éduquer les gens de manière à ce qu’ils reconnaissent que la croissance des taux de population et de consommation des ressource ne peut être soutenue. Quelle est la pemière loi de la soutenabilité ? Vous avez entendu des milliers de personnes parlant sans fin de soutenabilité ; vous ont-ils jamais cité la première loi ? La voici : « La croissance de la population et/ou la croissance des taux de consommation de ressources ne peut être soutenue ». C’est de l’arithmétique simple. Cependant personne de ceux que je rencontre ne vous le dira à propos de la soutenabilité. Je pense qu’il est malhonnête intellectuellement de parler de sauver l’environnement, ce qui est de la soutenabilité, sans insister sur le fait évident que stopper la croissance de la population est une condition nécessaire pour sauver l’environnement et pour la soutenabilité.

Il faut éduquer les gens pour qu’ils voient le besoin d’examiner avec soins les allégations des optimistes de la technologie qui nous assurent que la science et la technologie pourra toujours résoudre tout nos problèmes de croissance de la population, de nourriture, d’énergie et de ressource.

Un grand parmi ces optimistes était le Dr Julian Simon, ancien professeur d’économie et d’administration des affaires à l’université d’Illinois, et plus tard à l’université du Maryland. En ce qui concerne le cuivre, Simon a écrit que nous n’épuiserions jamais notre cuivre parce que le cuivre peut être fait à partir d’autres métaux. Un monceau de lettres envoyées à l’éditeur lui expliquèrent que la chimie dit que c’est impossible, mais il écarta l’objection. « Ne vous inquiétez pas, si un jour c’est important nous pourrons faire du cuivre à partir d’autres métaux ». Simon a publié un livre aux éditions Princeton University. Dans ce livre il parle de pétrole […]. Il continue par affirmer que même si notre soleil n’était pas aussi immense qu’il l’est, il doit surement y avoir d’autres soleils ailleurs. Bien, Simon a raison, il y a d’autres soleil ailleurs. Mais la question est si on doit baser sa politique publique sur la croyance que si nous avons besoin d’un autre soleil nous trouverons comment s’en approcher et le traîner dans notre système solaire. Ne riez pas, pendant des décennies avant sa mort cet homme était un conseiller politique écouté aux plus hauts niveaux à Washington DC.

Bill Moyes interviewa Ivan Kasanof. Il demanda à Kasanof ce qui arrivait à l’idée de dignité de l’espèce humaine si la croissance de la population continuait. Kasanof répondit qu’elle serait complètement détruite.

J’aimerais vous parler de ce que j’appelle la métaphore de la salle de bain. Si deux personnes vivent dans un appartement avec deux salles de bain. Alors les deux ont liberté d’utiliser une salle de bain. Elles peuvent aller dans la salle de bain quand elles le désirent, y rester aussi longtemps qu’elles le veulent, pour faire ce qu’elles souhaitent, et tout le monde croit en la liberté de séjour dans la salle de bain. Cela devrait être écrit dans la Constitution. Mais si il y a vingt personnes dans l’appartement et deux baignoires, alors peu importe combien chaque personne croit en la liberté de séjour dans la salle de bain, elle n’existe pas. Kasanof conclua avec l’observation la plus profonde que j’ai entendue depuis des années : de la même manière la démocracie ne peut survivre à la surpopulation. La dignité humaine ne peut survivre à la surpopulation. Le confort et la décence ne peuvent survivre à la surpopulation. Alors qu’il y a de plus en plus de gens au monde, la valeur de la vie non seulement décline mais disparaît. Cela ne change rien si quelqu’un meurt. Plus de gens il y a, moins un l’individu compte. Et aussi, au centre de tout ce que nous devons faire est reconnaître que la croissance de la population est la cause immédiate de toute la crise des ressources et de la crise environnementale.

Et pendant cette dernière heure la population mondiale s’est accrue d’environ dix mille personne et celle des Etats Unis de à peu près 280 personnes. Et ainsi pour réussir l’expérience de la vie humaine sur la Terre nous devons comprendre les lois de la nature, telle que nous les rencontrons dans l’étude des la science et des mathématiques. Nous devrions nous souvenir des mots d’Aldous Huxley selon lesquels « les faits ne cessent d’exister parcequ’ils sont ignorés ». Nous devrions nous souvenir des mots d’Eric Severson ; il observa que la source principale des problèmes sont les solutions. C’est ce que nous rencontrons chaque jour ; les solutions aux problèmes ne font quempirer les problèmes. Nous devrions nous souvenir du message de cet dessin humoristique « penser est très perturbant, cela nous renseigne sur ce que nous préfererions ne pas savoir ». Nous devrions nous souvenir des mots de Galilée « Je ne me sens pas obligé de croire que le même Dieu nous a dotté de sens, de raison et d’intellect et qu’il avait l’intention que nous renoncions à leur usage ». S’il y a un message c’est celui là. Nous ne pouvons laisser les autres penser pour nous.

Maintenant à l’exception de ces graphiques à propos du pétrole, les choses que je vous ai dites ne sont pas des prédictions pour le future, seulement des faits et le résultat d’arithmétique très simple. Je le fait avec la confiance que ces faits, cette arithmétique, et plus important, le niveau de compréhension que nous en avons, joueront un rôle majeur dans ce que nous ferons de notre futur. Maintenant, n’acceptez pas ce que j’ai dit aveuglèment ou sans être critique, en raison de ma réthorique ou pour toute autre raison. S’il vous plaît vérifiez les faits, vérifiez mon arithmétique et si vous trouvez des erreurs faites le moi savoir. Si vous ne trouvez pas d’erreurs alors j’espère que vous prendrez cela très très sérieusement.

Vous êtes des gens importants car vous pouvez réfléchir. Si il y a quelque chose en faible quantité dans le monde d’aujourd’hui, ce sont des personnes qui veulent bien réfléchir. Aussi voilà un défi. Pouvez vous réfléchir à n’importe quel problème à n’importe qu’elle échelle de microscopique à globale, dont la résolution sur le long terme est, d’une manière démontrable, aidée, assistée ou avancée par une population plus importante aux niveaux local, d’un état, national ou global ? Pouvez-vous pensez à quoi que ce soit qui peut être meilleur si nous entassons plus de gens dans nos cités, nos villes, dans notre état, notre nation ou sur cette Terre ?

Maintenant je finis sur ces mots de feu le révérend Martin Luther King Junior qui disait qu’à la différence des pestes du moyen âge, nos maladies contemporaines que nous ne comprenons pas encore, la peste moderne de la surpopulation peut être résolue avec des moyens que nous avons découvert et des ressources que nous possédons. Ce qu’il manque n’est pas une connaissance suffisante de la solution, mais une conscience universelle de la gravité du problème et l’éducation des milliards qui sont ses victimes.

J’espère avoir raisonnablement traité de ma déclaration initiale, selon laquelle je pense que le plus grand défaut de la race humaine est notre incapacité à comprendre cette arithmétique très simple.

Merci beaucoup.


(1)Le calcul de la réserve R après n années :





Le calcul du temps d’épuisement :




 

Comme
si x<<1, si ,

alors :
 

 

 

(2) BTU : British Thermal Unit, c’est une unité de mesure d’énergie qui vaut environ 0,252–0,253 kcal.

(3) Qui est d’environ 7.5 milliards de barils par an, en 2005.

(4) En 2006 environ 0.75 BTU de pétrole sont consommées pour fournir 1 BTU d’éthanol (cf. remarque 2)

(5) La production d’engrais, l’utilisation de machines, la consommation d’aliments produits au loin : tout cela utilise beaucoup de pétrole.

 

What do you think? Leave a comment below.

Sign up for regular Resilience bulletins direct to your email.

Take action!  

Make connections via our GROUPS page.
Start your own projects. See our RESOURCES page.
Help build resilience. DONATE NOW.


Is This The End Of China’s Coal Boom?

“The End Of China’s Coal Boom,” is a new, must-read …

The Age of Diminishing Returns

A Q&A with Ugo Bardi, author of Extracted: How the Quest for Mineral …

Energy Crunch: The end of business as usual for fossil fuels?

It’s the end of business as usual for fossil fuels. That’s …

Peak oil notes - April 17

A mid-week update. Oil prices in London have risen this week on concerns …

Climate Panel Stunner: Avoiding Climate Catastrophe Is Super Cheap — But Only If We Act Now

The U.N. Intergovernmental Panel on Climate Change (IPCC) has just issued …

Kashagan – Back to the drawing board?

The recent shutdown of Kashagan oil field in Kazakhstan represents one …

King Coal Is Dying a Slow Death in America

In cities choked by pollution and a world coming to grips with the realities …